Opération Epervier: OLANGUENA AWONO nie tout

olanguena-awono-sante-166.jpgEn effet, Fomekong Elias, car il s’agit de lui, était contrôleur financier au ministère de la Santé publique à l’époque des faits, 2002-2006. Il était le passage obligé par qui transitait tout titre de paiement. Dans la phase de l’Examination-in-chief, il a répondu à une kyrielle de questions du Procureur générale (P.g ) et autres parties au procès.

La première préoccupation du Pg avait trait au circuit qu’empruntait le dossier d’un prestataire au sein du Minsanté, à l’instar du marché querellé de «Vision Sarl». Le contrôleur financier a décrit le canevas du traitement au niveau de son service. Il a énuméré, en prime, le titre de confirmation de créance, la facture définitive, le bordereau de livraison, et le procès-verbal de réception, entre autres. La seconde question portait sur les différentes signataires apposées sur les pièces.

Il s’est appesanti dans sa réponse. En résumé, la signature du gestionnaire/ordonnateur du crédit et celle du comptable matières dudit gestionnaire sont nécessaires et incontournables. Après toutes ces vérifications, le dossier est transmis à la paierie générale du trésor où un dernier traitement est opéré avant paiement. Le témoin a précisé que le contrôleur financier juge sur pièces et n’assiste pas à la réception. Relativement à la contestation de leurs signatures, Olanguéna Awono et Onana Bélibi, il a relevé qu’en début de chaque exercice budgétaire, un spécimen de la signature du gestionnaire et du comptable matières est déposé au contrôle financier et à la Paierie générale du trésor.

Toutes ces signatures ont été confrontées tant à l’enquête préliminaire qu’à l’ l’instruction judiciaire le 23 juillet 2009 a-t-il chuté. Concernant le rôle du chef de poste comptable matières, il a dit que celui-cil était le superviseur de tous les comptables matières du Minsanté. Qui gérait les Fonds Ppte (Fonds mondial)? A repris le ministère public. Réponse: « Seul le Minsanté était gestionnaire du Fonds, c’est-à-dire le ministre Olanguéna Awono », a ajouté Fomekong.

A propos de l’avance pour la réception du marché des moustiquaires, soit 16.000.000Fcfa, le témoin a répo00ndu que l’avance a été accordée et obtenue. Dans la Cross examination, le ministre Olanguéna a posé la question de savoir: «qui a validé le faux dossier de paiemen ». Sans hésiter, le témoin a répondu: «le dossier validé était un bob dossier…l’ordre de paiement au trésor n’incombe pas au contrôleur financier». Les questions de la défense n’apporteront aucun fait nouveau dans la suite des débats. Car, elles portaient toutes sur les préoccupations antérieures. Mais, au-delà de ces débats contradictoires, une constance demeure.

Dans la mesure où les moustiquaires imprégnées et entièrement payées sur Fonds Ppte n’ont jamais été livrées. Ce procès a été «récupéré» par le Tribunal criminel spécial (Tcs) à la mi-novembre 2012. La procédure a duré quatre ans devant le Tribunal de grande instance du Mfoundi. Malheureusement le délibéré annoncé par le président dudit tribunal le 16 novembre 2012 n’aura jamais lieu. Ce jour-là, le banc du ministère public est resté désespérément vide.

© Charles-Olivier Mbami | La Nouvelle Expression

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau