Opération Epervier: Mme Ayissi Mvodo et un ex-préfet arrêtés

L’épouse du défunt ministre d’Etat, grand baron du régime Ahidjo et challenger déclaré de Paul Biya à l’élection présidentielle d’octobre 1997, a été inculpée et mise sous mandat de dépôt à la prison centrale de Kondengui mardi dernier.

prisonnier-en-menotte.jpg

On lui reproche en même temps que l’ex préfet de la Mefou Afamba, Jacques Obate, et une douzaine autres de complices, des faits de détournements des fonds publics. L’affaire est d’abord passée presque inaperçue dans les milieux du sérail politique de la capitale. Jusqu’à ce que de hautes personnalités du pays commencent à murmurer et se passer l’information de bouche à oreille dans les coulisses de l’élection du bureau du Sénat, le jeudi 13 juin 2013 au Palais des verres de Ngoa Ekelle. L’affaire ? Il s’agit de l’incarcération à la prison centrale de Yaoundé, de madame Bernadette Ayissi, le mardi 11 juin 2013.

La veuve du défunt ex ministre d’Etat, Victor Ayissi Mvodo, ancien baron du régime de feu le président Ahmadou Ahidjo, se trouve donc à la prison centrale de Kondengui. Elle a été placée sous mandat de dépôt en même temps que l’ex préfet de la Mefou et Afamba Jacques Obate. Selon les enquêtes du Messager, madame Bernadette Ayissi a été convoquée mardi 11 juin 2013 par le procureur général du Tribunal criminel spécial (Tcs). Bernadette Ayissi qui s’y est rendue accompagnée de ses conseils y a retrouvé l’ex préfet du département de la Mefou et Afamba, l’administrateur civil principal Jacques Obate et une douzaine d’autres personnes.

Après les différentes auditions, le procureur général près le Tribunal criminel spécial a signifié à chacune des personnes convoquées ce jour-là, une inculpation et surtout une décision de mise sous mandat de dépôt. C’est ainsi que madame Bernadette Ayissi, l’ex préfet Jacques Obate, et la douzaine de personnes dont Le Messager n’a pas jusque là eu les différentes identités, ont été immédiatement embarqués pour la prison centrale de Kondengui. selon des sources proches du Tribunal criminel spécial, cette affaire qui a conduit Bernadette Ayissi, l’ex préfet Jacques Obate et les autres en détention provisoire, est liée à ce qu’on peut appeler « la grande affaire Dieudonné Ambassa Zang ».

Gabegie

L’ex ministre des travaux publics et actuel député de la Mefou et Afamba, actuellement réfugié en France, est en effet poursuivi au Tcs dans des dossiers relatifs à sa gestion du temps où il était chef du département des travaux publics. Dieudonné Ambassa Zang est accusé d’avoir octroyé à madame veuve Ayissi Mvodo notamment, une série de marchés publics d’entretien des routes rurales dans le département de la Mefou et Afamba, de gré à gré et en violation de la loi. Tous ces marchés publics selon des sources proches du dossier n’auraient jamais été réalisés, alors que dans les faits, des livraisons ont été régulièrement certifiés aussi bien par le maître d’ouvrage délégué qu’était le préfet de la Mefou et Afamba d’alors, que par le maître d’ouvrage lui-même qu’est le ministre des Travaux publics, Dieudonné Ambassa Zang.

Par la suite, les payements ont été effectués pour des centaines de millions de Fcfa, si l’on en croit les confidences des sources proches du dossier. Jacques Obate, l’ex-préfet de la Mefou et Afamba et maître d’ouvrage délégué, qui est accusé d’avoir cautionné cette « gabegie » (terme utilisé par certains magistrats proches de l’accusation) a donc été mis sous mandat de dépôt en même temps que tous les prestataires de service liés à ce dossier

© Jean François CHANNON | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau