Opération épervier: Dayas Mounoumé J.M en fuite

L'ancien Directeur Général du Port Autonome de Douala est porté disparu depuis que des informations annoncent sa mise aux arrêts.

Renversé de son prestigieux poste de Directeur général du Port Autonome de Douala au mois de février 2012 par un coup de force du personnel à cause de sa gestion gabégique et calamiteuse. D'aucuns ne pensaient pas que Dayas Mounoumé pouvait rester en liberté jusqu'à présent compte tenu de la pléiade des chefs d'accusations qui pèsent contre lui. On estimerait ses détournements à 47 milliards de FCFA sans compter les biens mobiliers et certains matériels disparus. Depuis les fêtes de fin d'année 2012, Dayas est injoignable, son domicile sis derrière la Clinique Dzoundjop à Bonapriso est vide. Pas un seul membre de sa famille. Seule présence d’un chat de couleur noir et deux gardiens qui n'ont rien à dire à tous ceux qui viennent chercher le blanc Sawa: Les sources crédibles font état de la fuite de Dayas le 08 Janvier vers le Nigeria, après avoir été informé par les services de renseignement à sa solde pour son éventuelle arrestation avec ses principaux collaborateurs. Notamment; Djoko Maurice Directeur technique, Fai Yengo Francis son Président du conseil d'administration, Madame Mouto sa Secrétaire et la liste est loin d'être exhaustive.

OÙ SE TROUVE DAYAS MOUNOUMÉ?

En effet, si l'on en croit aux sources provenant de son entourage, l'épouse de l'ancien Directeur Général du PAD travaillant à la CAMSHIP avait démissionné en 2008 après la nomination de son mari comme Directeur Général. Elle aurait proposé à son époux de lui ouvrir une société de transit en Angola. Et les mêmes sources révèlent l'achat par ce dernier d'une villa à Liège en Belgique dans une affaire louche avec les nommés Jean Denyl et Michel Fargeon. L'un de ses complices Directeur Général de la Société RIS basée au port de Douala, impliqué dans le détournement de 06 milliards dans un marché d'achat d'hélicoptères dans l'armée de l'air. Le même personnage lugubre aurait détourné avec Dayas Mounoumé une somme de 386 millions de Fcfa dans un marché fictif lié à l'installation biométrique de protection du port de Douala en 2008. Ledit marché n'a jamais été livré mais l'argent viré dans son compte logé en France.

QUI PROTÈGE DAYAS MOUNOUMÉ ET EKINDI CAMILLE?

A ce niveau, pourquoi ne pas affirmer que l'opération dite épervier ne serait pas à tête chercheuse. Si l'on se réfère aux volumes de dossiers de détournements des fonds publics orchestrés par les anciens Directeurs Généraux du Port Autonome de Douala et du Crédit Foncier du Cameroun, annoncé par des médias. On penserait qu'un an après leur limogeage dans des circonstances spectaculaires, ils ne devraient pas être en liberté jusqu'à présent. Parlant du cas d'Ekindi Camille; ancien Directeur Général du Crédit Foncier; on se souvient des 10.000 logements, l'hôtel du Comice d'Ebolowa, les intérêts sur les 10 milliards de subventions du ciment, à la Standard Chartered Bank, les 04 milliards du marché d'appels d'offres pour un cabinet d'audit au crédit foncier: interface, Delta, Beltsface et les tunisiens. Voilà Charles Metouck qu'on a interpellé une semaine après son éviction, Marafa n'a pas fait 05 mois après son limogeage, que dire de Siam Siewe, Ondo Ndong, Joseph Edou, Abah Abah, Haman Adama, Tongo Onguene, Fordjidam? Mbia Enguene Emmanuel le TPG du Centre avait proposé une caution très importante pour sa libération. Offre rejetée avec fracas par le Juge en charge du dossier. Ah le pauvre! Comment Dayas près d'un an après son éviction est-il étrangement resté en liberté jusqu'à ce que ce dernier prenne la poudre d'escampette. Difficile de le savoir pour l'instant.

© L.C.N | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau