Opération Épervier: 21 gros détourneurs de la fortune publique bientôt aux arrêts

L'opération Mains Propres initiée par le Président de la République, en dépit des blocages observés sur le terrain continue son bonhomme de chemin.

lesoir.jpg

 

Dans sa traditionnelle intervention de fin d'année, le Chef de l’Etat a précisé que la lutte contre la corruption va se poursuivre en 2013. En 2007, Paul Biya avait toujours affirmé sa détermination à promouvoir la rectitude morale. Et à l'époque, 56 dignitaires du régime étaient dans le viseur de l'Opération Épervier. Cette année on dénombre une trentaine de hautes personnalités qui selon nos sources, seront dans les foudroyantes serres du rapace des tropiques.

Parmi ces prochaines victimes de l’Épervier, on note la présence remarquable de certaines grosses légumes de la nation. Des hommes en tenue, des chefs d'entreprises, des députés, des experts financiers, des fonctionnaires etc. Dans ce fichier, apparaissent les noms des personnalités comme Gervais Mendo Ze, Michel Meva a M eboutou, Marafa (détenu au SED), Protais Ayangma, Hervé Bénaé Bell, Louis Bapès Bapès et bien d'autres responsables qui devront répondre dans les jours à venir des malversations observées dans l'exercices de leurs fonctions ou l'exécution des marchés publics.

Signalons que Bapès Bapès a plongé la MAGZI dans un coma financier profond, avant de se retrouver à la tête du Ministère des Enseignements Secondaires. Précisons que nombre de ses collaborateurs ont flirté avec les angoisses de la prison. Sa complice Catherine Abena et ses protégés (Le Chargé de la communication Emmanuel Ndjewel et le Secrétaire particulier) ont eu maille à partir en raison de leurs appétits financiers. Pour échapper à la justice, ils ont été libérés après avoir payé la caution.

Une indiscrétion indique le Ministre Bapès serait le commanditaire de l'assassinat d'un Magistrat Jeannot Biakan A Ngon. Cet assassinat qui a fait couler beaucoup d'encre et de salive serait motivé par l'obstination du membre de la Cour des Comptes, à voir clair dans la gestion du Ministre. Une légende raconte que Michel Meva’a M’eboutou chaque matin, étale dans son village natal ses billets de banque comme du cacao sur un vaste espace. Pour écarter toute présence animale ou humaine près de son magot, tonton Michaud fusil au poing veille comme une sentinelle.

Et pour ne pas s’ennuyer, l’homme de temps en temps sirote du vin rouge (Mouton Cadet). Blaise Ngoungo, Moïse Zolo Bikomo, Edith Armand Ngamvoah Louis Bernard Nanga et madame Koussinkendy sont accusés de détournements de fonds publics à l'ombre du déficit injustifié d'espèces. Cyrille Mveng Bekono est impliqué dans une affaire de faux en écriture comptable, de faux et usage de faux. Jean Jacques Ipando a violé de manière flagrante les règles de passation de marché, et d'encaissement d'espèces sans écriture comptable. Elvis Ngolè Ngolè a organisé l'imbroglio dans le secteur forestier au Cameroun.

Le Secrétaire Général Denis Koulagna Koteu s'est abreuvé à la même source. L'ancien Secrétaire d'Etat au Ministère des Forêts et de la Faune, Roland Désiré Matta n'est pas en reste. Le Député RDPC Gabriel Koah Songo a encaissé de l'argent sans réaliser l’aménagement et la réhabilitation du Lycée-Bilingue de Kribi durant l'exercice 2007. L'honorable ne veut pas que l'opinion parle de ce dossier, et il a pointé son revolver sur notre confrère Jean Calvin Ayissi. Le Directeur de publication du journal «Reporter Indépendant», a failli voyager pour le pays de l'Hadès le vendredi 18 janvier dernier.

Il y a quelques temps on parlait de soupçons dans les sphères du pouvoir, mais aujourd'hui les responsabilités sont établies dans un document concocté par la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC). C'est dire que notre regard ne peut pas être qualifié de malveillant, à l'endroit des gens qui se sont toujours présentés comme étant des fidèles serviteurs de la plus haute autorité de la République. Ces derniers ont fait de leurs défauts, les poches arrière de leurs pantalons oubliant que la caméra cachée du pouvoir, pouvait dénicher les actes vaporeux commis dans l'ombre. Lors des réunions publiques et des interventions sur les médias, ils agitent l'encensoir devant le Président Biya qui dans l'épaisse fumée ne parvient pas souvent à faire le distinguo entre le bon grain et l'ivraie.

On se demande si les gestionnaires épinglés ne prendront pas le chemin de l'exil comme Dieudonné Ambassa Zang, qui séjournerait au Canada aux cotés de Gervais Mbarga, l'ex-homme de main du mariologue Mendo Ze. Notons que ces prévaricateurs de haut vol ont démontré toutes leurs capacités de criquets pèlerins partout où ils sont passés.

Ils sont devenus des terreurs vivantes pour les caisses de l'Etat, au point où à chaque fois que leur passage est annoncé, on moissonne des cris et des grincements de dents. D'autres acteurs sociaux se sont délectés dans des indemnisations frauduleuses.

Tableau des montants détournés

Identifiants Montant soustrait

1- Bell Hervé Bénaé 52.376.000 francs

2- Pascal Mani 160.117.438 francs

3- Victorine Song 1.037.794.470 francs

4- Gabriel Koah Songo 70.000.000 francs

5- François Ndinga 50.000.000 francs

6- Jean Jacques Ipando 478.259.197 francs

7- Blaise Ngoungo 25.850.000 francs

8- Edith Armand Ngamvoah 290.337.510 francs

9- Louis Bernard Nanga 249.768.061 francs

10- Moïse Zollo Bikomo 24.189.912 francs

11- Koussinkendy 10.077.966 francs

12- Elvis Ngolè Ngolè 1.500.000 francs

13- Roland Joseph Matta 900.000 francs

14- Grevais Mendia Ze 126.544.000 francs

15- Denis Koulagna Koteu 1000.000 francs

16- Marafa Hamidou Yaya 49.162.183 francs

17- François Akeva 555.383.397 francs

18- Protais Ayangma 54.703.000 francs

19- Georges Mabelle 631.985.929 francs

20- Cyrille Mveng Bekono 297.712.685 francs

© Lucien Embom | Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau