Nsimalen prend le relais de l’aéroport de Douala

Pendant les trois premières semaines de mars prochain, Yaoundé va accueillir la totalité des vols nationaux et internationaux. L’heure est au réglage des derniers détails.

Afficher l'image d'origine

Le cœur du monde pendant trois semaines. Du 1er au 21 mars prochain, l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen sera le centre de toutes les attentions, du moins pour ce qui est des arrivées et des départs de vols internationaux et nationaux. Une situation qu’impose la fermeture temporaire de la piste de l’aéroport international de Douala, pour cause de travaux, durant les trois premières semaines du mois de mars prochain. Dès mardi, Nsimalen connaîtra donc une affluence plus impressionnante que d’habitude, ceci depuis le début officiel de ses activités le 1er octobre 1994.

La direction générale des Aéroports du Cameroun (ADC) est confiante. A Nsimalen, quelques jours avant le début de l’affluence, l’heure est aux derniers réglages. En termes d’infrastructures et de ressources humaines, tout est fin prêt pour recevoir des usagers en provenance de la capitale économique et d’autres horizons. Pour la capacité d’accueil, pas de quoi s’inquiéter, d’après Thomas Owona Assoumou, directeur général des ADC.

« L’aéroport de Yaoundé, sur le plan des ressources, a été conçu pour accueillir 1,5 million de passagers par an. Comme vous pouvez l’imaginer, en ce moment, l’aéroport est en sous-utilisation par rapport à sa véritable capacité d’accueil. Donc à ce niveau, nous n’avons pas de problème particulier », explique le DG des ADC.

S’il n’y a pas lieu de s’alarmer à propos de l’augmentation du nombre de passagers pendant ces 21 jours de sollicitation, les effectifs de Yaoundé-Nsimalen seront tout de même renforcés. Notamment avec le personnel venu de Douala. Les responsables de l’aéroport parlent de 150 collaborateurs transférés de la capitale économique pour accompagner la charge de travail. Si la période des travaux est de 21 jours, ces personnels « seront en mission pendant 25 jours », selon le DG des ADC, pour leur permettre de s’adapter à l’environnement de Yaoundé qui n’est pas le même que celui de Douala.

Il n’y a pas que les usagers et les personnels qui verront leur nombre s’accroître à Yaoundé.  Aussi les compagnies aériennes vont-elles passer à une étape supérieure. Une dizaine de compagnies aériennes vont s’ajouter à celles occupant déjà des bureaux à Nsimalen. Mais là également, des mesures ont été toute trouvées, avec l’attribution de bureaux aux compagnies installées à Douala. La chaîne de travail semble bien huilée. Nsimalen n’attend plus que le 1er mars pour son déploiement.

© Cameroon Tribune : Monica NKODO

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau