MUYUKA: L’administration dans la chasse aux braqueurs

La séance du conseil municipal de la mairie de Muyuka tenue récemment à la salle des conférences de cette commune a été fortement influencé par la nuit mouvementée ayant précédé ce rendez – vous destine à l’adoption du budget de cette municipalité pour l’exercice, et qui a néanmoins été fixé à millions de francs CFA. En effet, c’est grâce à la stratégique intervention du Sous-préfet Simon Sombe que les populations ont accepté de mettre à la disposition des forces de l’ordre et de la justice le principal suspect du spectaculaire braquage perpétré cette nuit, qui a été tenu en respect par ses victimes et les populations dans la localité d’Ekona. Tout est parti de l’attaque d’un camion transportant des sacs de cacao tombé en panne au lieu dit Mile 29 entre Muyuka et Ekona.

Repris de justice Le chauffeur parti à la recherche des solutions, le moto boy resté pour veiller sur l’engin et son contenu sera tenu en respect par des braqueurs qui réussiront à emporter dans un premier temps quatre sacs de cacao. Revenus sur les lieux du crime, ils seront surpris pas le chauffeur du camion qui parviendra à maîtriser son bourreau armé pourtant de poignard, machette et arrache clou dont ils se sont servis quelques temps plus tôt pour défoncer le camion. Dans la bagarre, son complice, un certain maréchal selon les sources policières qui portait une arme à feu prendra la fuite ayant constaté que l’alerte avait suscité la mobilisation des populations.

C’est ainsi que celles – ci parviendront à tenir en respect l’agresseur qui sera par la suite identifié sous le nom de Ndom Tatus allias « Défi », chef de gang et repris de justice réputé dans l’art de s’évader chaque fois qu’il est mis en prison pour des crimes pareils. C’est alors que les populations, après lui avoir administré une copieuse correction, se décideront de le précipiter dans l’au – delà. Même l’intervention des éléments des forces de maintien de l’ordre ne suffira pas pour l’en épargner.

Ce n’est qu’après de sérieux échanges avec le sous – préfet Simon Sombe arrivé sur les lieux que celles – ci laisseront leur proie à la police, après avoir reçu des assurances du chef de terre. Contacté à ce sujet, le sous – préfet confiera que la recrudescence de la criminalité est devenu depuis le début de la saison cacaoyère une réalité dans sa localité. Il dira que les malfaiteurs y ont élu domicile, et depuis quelques mois, plusieurs cas de braquages ont déjà été enregistrés, avec des pertes en vies humaines et d’importantes sommes d’argent emportées ça et là.

Outre les victimes braquées dans leurs domiciles, un camion de livraison des produits d’une société brassicole a aussi été attaqué, et les localités de prédilection étant Muyengue, Bafia, Ekona et Muyuka-centre. Le commissaire de sécurité publique de cette ville David Nzemssing ajoutera que d’autres cas de criminalité enregistrés portent sur le vol des chèvres que les malfaiteurs tuent avant d’emporter, les viols, les vols d’hévéa et de régimes de noix de palmes dans les plantations de la CDC.

Découdre avec ces malfaiteurs Le chauffeur parti à la recherche des solutions, le moto boy resté pour veiller sur l’engin et son contenu sera tenu en respect par des braqueurs qui réussiront à emporter dans un premier temps quatre sacs de cacao. Revenus sur les lieux du crime, ils seront surpris pas le chauffeur du camion qui parviendra à maîtriser son bourreau armé pourtant de poignard, machette et arrache clou dont ils se sont servis quelques temps plus tôt pour défoncer le camion.

Dans la bagarre, son complice, un certain maréchal selon les sources policières qui portait une arme à feu prendra la fuite ayant constaté que l’alerte avait suscité la mobilisation des populations. C’est ainsi que celles – ci parviendront à tenir en respect l’agresseur qui sera par la suite identifié sous le nom de Ndom Tatus allias « Défi », chef de gang et repris de justice réputé dans l’art de s’évader chaque fois qu’il est mis en prison pour des crimes pareils. C’est alors que les populations, après lui avoir administré une copieuse correction, se décideront de le précipiter dans l’au – delà. Même l’intervention des éléments des forces de maintien de l’ordre ne suffira pas pour l’en épargner.

Ce n’est qu’après de sérieux échanges avec le sous – préfet Simon Sombe arrivé sur les lieux que celles – ci laisseront leur proie à la police, après avoir reçu des assurances du chef de terre. Contacté à ce sujet, le sous – préfet confiera que la recrudescence de la criminalité est devenu depuis le début de la saison cacaoyère une réalité dans sa localité. Il dira que les malfaiteurs y ont élu domicile, et depuis quelques mois, plusieurs cas de braquages ont déjà été enregistrés, avec des pertes en vies humaines et d’importantes sommes d’argent emportées ça et là.

Outre les victimes braquées dans leurs domiciles, un camion de livraison des produits d’une société brassicole a aussi été attaqué, et les localités de prédilection étant Muyengue, Bafia, Ekona et Muyuka-centre. Le commissaire de sécurité publique de cette ville David Nzemssing ajoutera que d’autres cas de criminalité enregistrés portent sur le vol des chèvres que les malfaiteurs tuent avant d’emporter, les viols, les vols d’hévéa et de régimes de noix de palmes dans les plantations de la CDC. Une situation qui n’a pas laissé l’administration de cette localité indifférente.

Décidé d’en découdre avec ces malfaiteurs, le sous – préfet à pris des initiatives pour débarrasser sa ville de ces attaques. Simon Sombe confiera que «c’est par le renforcement des groupes de vigilance dans les différents villages que le combat a commencé, et les résultats sont déjà perceptibles parce que ce sont eux qui ont permis qu’on réussisse à tenir le braqueur Défi à Ekona. Par la suite, nous avons entrepris d’arrêter systématiquement tous ceux qui sont dénoncés avec des preuves que nous mettons à la disposition de la police et de la justice.» Le chef de terre poursuivra que «nous allons organiser des bouclages dans les quartiers réputés dangereux et de mauvaise notoriété pour y détruire les niches de fumeurs de chanvre et autres stupéfiants, ce qui leur sert par ailleurs de lieux de regroupement avant les braquages; des patrouilles pédestres et motorisées avec à la clef la lutte contre la fermeture tardive des débits de boisson, ainsi que le contrôle de la circulation des motos taxis, principal moyen de déplacement de ces braqueurs.»

Par ailleurs, les populations rencontrées ici ne cacheront pas leur désarroi et leur ras–le–bol. Et pour cause, ils feront savoir que chaque fois qu’ils mettent des braqueurs à la disposition de la justice, quelques temps après, celui – ci revient comme pour les narguer. Des voix s’élèveront d’ailleurs pour dénoncer le système judiciaire et carcéral pointé du doigt ici comme étant à la base de la recrudescence de la criminalité dans cette localité.

Plusieurs personnes confieront sous anonymat avoir rencontré « leur bandit » pavanant tout gaillardement, alors qu’ils les croyaient en détention. On apprendra d’ailleurs que certains criminels ont même confié avoir obtenu leur liberté contre de l’argent versé à différents niveaux des machines judiciaires et carcérales. D’où la décision prise dans cette localité de désormais passer tout braqueur attrapé à la justice populaire avec la peine capitale, «la justice ne faisant plus confiance».

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau