MTN MOBILE MONEY ÉLU MEILLEURE INNOVATION TÉLÉCOMS DE L’ANNÉE EN AFRIQUE CENTRALE

mtn261011300.jpgAu Cameroun, il est possible de payer ses frais de scolarité à l’université depuis un téléphone mobile. Selon le concours du forum Africa Telecom People 2013, c’est la meilleure application innovante de l’année. Une innovation mise en œuvre à travers MTN Mobile Money. Les résultats de ce concours ont été rendus publics au cours de la cérémonie des ATP Awards, tenue le 2 octobre 2013 à Abidjan en Côte d’Ivoire. « C’est une reconnaissance qui nous rassure sur un fait ; nous avons examiné une demande importante et il fallait trouver une solution qui facilite à la fois la vie des étudiants et des parents », commente Julius Essoka, Mobile Money Customer Service Manager chez MTN Cameroon. Mais encore, « ce prix nous signale que nous sommes au-début d’une grande aventure, celle du passage du cash à la monnaie virtuelle proprement dite », ajoute-t-il.

Du côté des usagers, ce service lancé depuis la rentrée académique 2012 fait son chemin. A l’Université de Buea par exemple, la procédure de paiement a deux phases. D’abord, l’aspirant s’inscrit en ligne via le site web de l’université : www.ubuea.net. Il reçoit alors un code dans sa boîte email. « C’est ce code qu’il utilise comme référence pour effectuer son paiement par Mobile Money. L’interface de paiement rattachera les frais au code qui porte en arrière-plan, les détails du candidat », explique Julius Essoka. Ensuite, l’inscription proprement dite. « L’inscription proprement dite pour laquelle l’étudiant sélectionné transfère les frais académiques vers la faculté de son choix avec pour référence son numéro matricule », poursuit notre source.

L’initiative a été utilisée par plus de 7700 étudiants de l’université de Buea en 2012. Pour l’année académique en cours, « l’Université de Bamenda, l’ENS Bambili, l’ISTAG de Yaoundé, l’IAO d’Obala d’autres universités se lancent », apprend-on du côté de MTN Cameroon. C’est une bouffée d’oxygène pour les usagers. Pour les établissements, « sur le plan de l’organisation de ces institutions, cela réduit la logistique, la paperasse et les équipes sur le terrain avant l’heure », précise l’opérateur de télécoms. D’un autre côté, « la sécurité pour les étudiants, l’expérience client dans les banques et l’administration centrale aussi est optimisée. Dès minuit, on peut savoir combien de personnes ont payé leurs frais, et pour quelle unités », précise Julius Essoka.

© Correspondance : Edouard TAMBA

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau