Ministère des Finances: Alamine Ousmane Mey voulait-il démissionner?

Pression des bailleurs de fonds, relations tendues avec les opérateurs économiques, indisponibilité des liquidités pour satisfaire certaines demandes de l'Etat, le Ministre des Finances ne sait à qui s’en remettre.

alamine-ousmane-mey2.jpg

Taxé par certains de tribaliste, et d'autres d'incompétent, celui qui aurait proposé ce garçon de l'Extrême-Nord à Paul Biya au remaniement post électoral du 09 Décembre 2011 serait entrain de gratter la tête quelque part assis sur un fauteuil. Pour tout dire, l'ancien Directeur Général d'Afriland First Bank serait entrain de confondre la gestion bancaire à la politique financière d'un pays. Ses époustouflantes mesures prises au lendemain de sa nomination par la suspension des perdiems accordés aux fonctionnaires et agents de l'Etat en mission, et lors des séminaires sans oublier la grande fluidité recommandée dans le traitement des dossiers.

Malheureusement, l'espoir suscité après ces décisions ne sera que de courte durée. Épinglé par les graves détournements détectés dans Afriland First Bank au début de l'année 2013, Alamine Ousmane Mey aurait certainement pris les engagements salutaires pour taire ce vacarme qui mettait en mal sa carrière gouvernementale. Dans ses relations avec les collaborateurs, les enjeux ne seraient pas dans la même lignée car, le Minfi tendrait toujours vers le secteur priva qu'il a toujours servi.

Après Justin Ndioro, Akame Mfoumou, Meva'à Meboutou, Abah-Abah Polycarpe, Essimi Menye, l'actuel ministre des finances en fait une spécificité parmi les chefs de ce département ministériel pour la simple raison qu'il a été péché du secteur privé. Un analyste économique fera d'ailleurs cette démarcation en soulignant la montée en pompe d'Afriland First Bank depuis qu'Alamine Ousmane Mey est ministre des Finances. Les salaires des fonctionnaires virés dans cette structure se sont quatriplés, tous les opérateurs économiques auraient ouvert leurs comptes de ce côté pour bénéficier des faveurs du «père noël» du Minfi.

Certains comptes de l'Etat afflueraient dans cette banque pour la rendre plus crédible. A l'intérieur du pays et même dans la Sous-région, Afriland First Bank aurait des nouveaux édifices qui vont abriter ses représentations. Au niveau du gouvernement, il se raconte dans les chaumières que le Minfi se¬rait un maillon principal dans le blocage des projets structurants: Port en Eau Profonde de Kribi où les indemnisations prévues au mois de juin 2013 provoquent le mal d'estomac aux populations de la cité balnéaire de Kribi. Les rumeurs venant du chef lieu du département de l'Océan annoncent une marche des populations pour manifester leurs ras le bol. Il est vrai que le Mindcaf et le secrétaire général des services du premier ministère sont les premiers responsables de ces indemnisations. Les sources dignes de foi révèlent que les salaires du mois de juin auraient été débloqués à cause de la solidarité inopportune des banques vis-à-vis du ministre des finances.

SERAIT-IL COMPLICE DANS LES DÉTOURNEMENTS AU MINFI?

Difficile de répondre à cette interrogation dans l'indifférence observée d'Alamine Ousmane Mey par rapport à l'affaire Mbia Enguene l'ancien TPG de Yaoundé épingle par l'opération épervier et l'affaire de 02 milliards de détournements dont le Directeur du trésor Serge Abouem à Boul serait indexé à la trésorerie générale de Douala. Les Camerounais n'ont jamais eu la version ou la position du chef de département des Finances dont le calme voilerait certaines intentions.

LE BUDGET PROGRAMME

L'opération mise en place par le Minfi peine à démarrer effectivement et pourtant 200 milliards de notre trésorerie auront permis de lancer cette rénovation budgétaire. On dirait que l'initiateur de cette opération devrait d'abord proposer à l'Etat la formation des formateurs avant la mise en place de ce budget programme dont la brusque formation lancée par le Minepat ne serait qu'une façon d'animer la galerie. On serait tente de dire qu'entre Essimi Menye et Alamine Ousmane Mey, l'un est un chercheur, l'autre un viseur et tous deux se retrouveraient autour d'un même pole: la mal-gouvernance.

SA DÉMISSION

Bien que le fait ne serait pas le bienvenu dans notre gouvernement, le caractère et la conviction d'Alamine Ousmane Mey pourront le pousser vers cet acte de bravoure qui consiste à démontrer courageusement au grand jour qu'on a failli et en même temps prêt à recevoir des leçons. Même si ceux qui l'ont fait dans le régime Biya nous pensons à Garga Haman Adji à la fonction publique, Titus Edjoa à la santé publique et Maurice Kamto à la justice, l'auraient fait pour des raisons politiques. Les raisons d'un ras le bol manifesté par l'actuel Minfi l'opinion publique perplexe même si une grande frange des spécialistes des questions économiques reconnaissent que dans le cadre du budget programme, la charrue a été mise avant les bœufs que les responsables de cet échec lamentables gagneraient à jeter l'éponge pour donner la possibilité aux plus méritant de sauver les meubles. Nous y reviendrons!!!

© LCN | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau