MIMBOMAN : LES FAITS VIOLS, MEURTRES ET ENLÈVEMENTS SE SUCCÈDENT

yaounde2.jpg

Crimes crapuleux, viols, enlèvements d’enfants. Les populations du quartier Mimboman vivent dans la peur. La riposte des forces de sécurité, mises aux trousses des malfaiteurs avec l’ouverture d’une enquête de gendarmerie, est attendue. Pendant ce temps, c’est la stupeur et la consternation qui ont gagné les populations qui savent désormais qu’elles vivent peut-être à proximité des monstres qui commettent ces atrocités ou les croisent dans la rue.

A l’idée que l’enfant qui va à l’école peut ne pas regagner le domicile, qu’une jeune fille qui emprunte une moto peut ne pas arriver à destination, accroît l’inquiétude. Comme pour ne rien arranger, les corps des victimes subissent souvent des mutilations diverses. Des organes (sexe, yeux et cœur) sont souvent arrachés et emportés. Ce détail ouvre la piste des pratiques mystiques de quelques groupes et dont les malfrats ne pourraient être que des bras agissants.

Le sang des jeunes filles et des enfants fait courir des malfaiteurs d’un nouveau genre. La situation dure depuis plus de deux mois et le quartier Mimboman est désormais considéré comme le terreau de ces individus sans foi ni loi qui violent et tuent. Le bilan macabre des assassinats au quartier Mimboman s’est alourdi le mardi 15 janvier 2013. Le corps d’une jeune fille a été trouvé dans la broussaille, tout près des locaux de l’école maternelle du Plateau.

Une semaine avant, dans le même quartier, deux corps de jeunes filles ont été découverts ; un aux premières heures de la matinée derrière le domicile d’un chef de bloc et quelques heures plus tard, un autre corps est découvert dans la broussaille aux abords de l’école maternelle du quartier. Le 1er décembre 2012, dans le secteur dit chapelle Mimboman, le corps d’une femme violée et assassinée a été retrouvé gisant dans un champ de maïs.

Le 14 janvier 2013, des témoignages concordants de témoins indiquent qu’un individu non identifié a été surpris avec deux gamins ligotés dans un sac au lieu dit terminus Mimboman. A en croire nos sources, l’individu en question aurait emprunté une moto au lieu dit Don Bosco à Mimboma Dispensaire pour Terminus. Alors que le trajet à moto coûte 100 Fcfa, le suspect propose 6000 Fcfa au moto taximan qui l’embarque. Il porte un sac très lourd.

A l’arrivée à terminus, après avoir perçu ses 6000 Fcfa, le conducteur de moto alerte ses camarades qui rattrapent le monsieur et l’obligent à ouvrir son sac. Il va leur faire savoir que ce sont des porcs qui sont dans le sac. Chose curieuse selon les témoins, malgré l’agitation perceptible à l’intérieur du sac, les porcs ne poussent pas leurs cris habituels. Les conducteurs de moto s’emparent du sac. Pendant qu’ils s’affairent à l’ouvrir le monsieur s’enfuit.

La découverte du contenu du sac donne froid dans le dos. Deux enfants ligotés, avec bouches bandées sont à l’intérieur. Soulagement tout de même, les deux bambins sont en vie. Le samedi 12 janvier 2013, étonnement près du dispensaire de Mimboman. Une jeune fille d’une douzaine d’années est retrouvée couchée sur la véranda d’un habitant du quartier, en pleine journée. Elle présente des signes de viol. Elle est peut-être la seule qui a dû échapper à ses bourreaux.

Selon les témoignages, elle a été violée et droguée et ne pouvait pas prononcer un seul mot avant d’être récupéré par des proches. Des familles cherchent leur progéniture disparus sur le chemin de l’école. Trois enfants que des malfrats seraient allés chercher dans leur école. Un seul corps parmi les trois enfants disparus a été retrouvé mutilé. Les autres sont sans nouvelles. Les faits remontent à la semaine du 7 au 13 janvier courant. La cote d’alerte est atteinte. C’est près une vingtaine corps et de disparus que le quartier a enregistré en moins de deux mois.

© La Nouvelle Expression : Christophe Mvondo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau