Menace de Grève: Mouvement d’humeur à la SCB Cameroun

Selon notre source La prime de la discorde ici représente, la dotation réservée aux employés à l’arrivée d’un nouvel actionnaire. Cette prime serait une tradition dans l’établissement depuis 2003. Or depuis l’arrivée des Marocains de l’Attijariwafa Bank il y a un an et demi, ce n’est pas encore le cas.

Les délégués du personnel parlent d’une «Direction générale [qui] est restée campée sur ses positions de refus au point que toutes les tentatives de négociations offertes […] se sont soldées par des échecs successifs». Si rien n’est fait d’ici le 02 janvier prochain, un arrêt de travail va être observé par l’ensemble des travailleurs de la banque commerciale. Également selon les sources internes parmi les employés de la SCB Cameroun.

La grève qui est prévue pour la première semaine de l’année prochaine n’est qu’une avalanche de problèmes qui ont eu le temps de s’accumuler au fur et à mesure que le climat social se détériorait.

Parmi les points portés à la connaissance des patrons, l’excédent de l’assurance-maladie, le paiement de la prime des commerciaux, la valorisation de l’indemnité de transport et de logement, les problèmes de crédit pour les employés, la question des nominations et des mutations et les problèmes des erreurs de caisse. Sur ce dernier point, le malaise s’explique par la nouvelle politique de la banque. «On débite les petits caissiers s’ils font une erreur» se plaint un employé. Une orientation qui n’était pas présente dans l’entreprise mais qui « semble-t-il est copiée dans certains établissements bancaires de la place.

Quand on est caissier dans ces établissements, il faut payer une caution». Une situation de suspicion inacceptable pour la délégation du personnel. Une récente concertation entre les délégués du personnel et la direction générale a terminé de mettre les deux parties dos à dos. Le 13 décembre dernier, elles n’ont pas pu se mettre d’accord sur le premier point du chapelet de 17 revendications égrenés par les représentants du personnel à savoir le paiement de la prime de changement de nom.

C’est la raison pour laquelle, la délégation du personnel a fait parvenir au directeur général un préavis de grève lundi dernier. Au terme des deux réunions d’octobre et celle de décembre 2012, la direction a rejeté la nécessité de payer une telle prime. Mais suite à une proposition du Conseil d’administration de la banque, elle dit avoir consenti à assurer le paiement d’une somme forfaitaire de 260 000 francs à chacun des employés susceptibles de bénéficier de cette récompense exceptionnelle d’ici le 15 janvier 2013. En plus, la direction générale a rappelé aux employés que l’arrivée des Marocains leur a apporté des gratifications sonnantes et trébuchantes à travers «le paiement négocié d’une prime de remerciement équivalente à trois mois et demi de salaire par collaborateur».

D’autre part, le directeur général adjoint Victor Emmanuel Menye souligne que les employés ont mis leur veto au programme de développement de l’entreprise visant notamment à rajeunir les effectifs tout en élargissant le réseau des agences à l’horizon 2015. Malheureusement la délégation du personnel, conclue le directeur général adjoint, refuse de poursuivre le dialogue

© Jeannette Eliane Tchamgoué | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau