Médias: Une nouvelle radio à Yaoundé

Comme on dit au Cameroun, le recrutement est de taille. Quelques grosses pointures du monde de la communication sont déjà tombées dans l’escarcelle de Prince Jonathan Nti. Le révérend pasteur s’est attaché selon nos sources, les services de Dimitri Amba, Serge Tamba, Achille Manecks et Alain Boyomo pour ne citer que ceux-là. On signale pour l’instant quelques soucis au sujet de l’émetteur qui n’est pas encore au top. Royal FM se positionne par la qualité du traitement de son promoteur. Hormis la prime de signature, on propose à chaque contractant 6 mois d’avance de salaire.

Ce qui est une révolution dans le secteur communicationnel national, souvent caractérisé par la précarité financière. C’est un secret de polichinelle. Les professionnels de la communication rencontrent de grosses difficultés chez nous. Et personne ne peut cracher sur l’offre du serviteur de Dieu nommé Prince Jonathan. Quelques sceptiques entendent voir jusqu’où ira cet employeur. Bon nombre de projets ont démarré avec fracas, mais se sont dégonflés par la suite à cause des accidents de parcours. Par le passé on a vu FM Liberté, le quotidien Trinité et bien d’autres entreprises naître, qui ont duré le temps d’une rose.

© Lucien EMBOM | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau