MAURICE KAMTO “CONFIANT EN LA NOUVEAUTÉ DE NOTRE MESSAGE”

maurice-kamto1.jpgLe président du Mrc s’est exprimé mardi dernier devant les journalistes sur sa candidature dans le Mfoundi, la question du financement, etc. Sur le choix de sa candidature dans le Mfoundi. Un suicide ? Y a-t-il une partie du territoire où un parti politique ne soit pas autorisé à compétir ? Est-il une circonscription où un citoyen du Cameroun ne soit pas autorisé à se présenter ? Nous n’avons pas, au Mrc, la psychologie des gens qui se suicident. Nous avons, au Mrc, le courage politique de ceux qui ont l’idéal républicain chevillé au corps et qui ont la conviction que les propositions qu’ils font à leurs compatriotes sont dignes d’être présentées au citoyen camerounais de quelque partie du pays où il se trouve.

 

La question du financement de la campagne En tout cas, à supposer un tant soit peu que nous ayons des tendances suicidaires, je suis convaincu que par leur vote massif, les Camerounais nous sauveront du suicide. Je réside dans cette ville depuis presque 40 ans. Suis-je indigne de représenter les populations de ce département à l’hémicycle ? En quoi est-il suicidaire que des citoyens représentant les différentes communautés qui vivent dans la capitale puissent constituer une liste pour les législatives ? 

Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas chiffrables. Lorsqu’un militant à pied ou roulant avec un « bendsikin » parcourt 100 ou 200km, vous allez évaluer ça comment ? Mais si vous n’êtes pas un militant engagé, vous ne pouvez pas faire ce parcours. Evidemment, dans les schémas classiques que vous connaissez, cela coûte beaucoup d’argent parce qu’on fait des budgets en millions.

Sur les questions des financements ne calquez pas le schéma des financements de tous les partis politiques sur ceux qui dirigent le pays et qui savent comment ils trouvent de l’argent pour que la moindre dépense à faire soit chiffrée à coups de millions. Tout n’est pas quantifiable. Mais ceux-là savent où ils trouvent leur argent. Nous comptons sur nos militants, et nos militants font le travail de fond.

Pour moi, la campagne vient à peine de commencer. Je ne me sens pas différent des autres jours. Mais, en même temps, je suis excité à l’idée d’aller à la rencontre des Camerounais pour mieux leur expliquer quelle est notre vision du pays. Je me sens bien et pas plus. 

Pour ce qui est des adversaires politiques en termes de partis politiques, de listes concurrentes que nous avons dans le Mfoundi, la peur ne fait pas partie de mon champ émotionnel Nous allons en compétition, je respecte profondément mes adversaires, mais je suis confiant en notre message ;confiant en la nouveauté de notre message. Aux Camerounais d’en juger. Nous voulons faire avec les Camerounais. Peut-être que les autres font pour les Camerounais, à la place des Camerounais. 

Donnez une chance aux listes du Mrc, vous avez cinq ans pour les juger. Si, au bout de cinq ans, ils n’ont pas tenu leur promesse, vous les mettez dehors. Mon action politique n’est pas une action calculée et intéressée. Je pense que si on s’engage en politique, pour faire de la politique, il faut aimer les gens. La garantie

@camer be

Commentaires (1)

1. felix ndongo 25/09/2013

Je suis d'accord avec le prof Maurice Kamto en tant que jeune de cette localité nous lui donnerons notre soutien...que ce jeune parti continu dans une bonne marche et pour un cameroun meilleur...

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau