Marketing : Eto'o Télécom dénonce une cabale

Les dirigeants de l'entreprise du célèbre footballeur s'insurgent contre les commerciaux des partenaires qui discréditent leur label.etoo-telecoms-008-lne-ns-475.jpg

«Eto’o Telecom n'a rien à voir avec toutes ces manifestations des commerciaux de certains de nos partenaires, il s'agit des employés des entreprises partenaires et non ceux de Eto’o Télécom». Courroucés et remontés contre ce qu’ils appellent «une cabale au but inavoué». Hervé Perrin, le nouveau Directeur Général (DG) d'Eto’o Telecom, entré en fonction le 03 janvier 2013 et Me Gabriel Parfait Kaldjob, le Conseiller Juridique de la même entreprise, ont été clairs face aux journalistes hier le 18 février 2013, au siège de ladite structure à Douala.

Ils ont affirmé que, ce même lundi, les responsables de l'agence du Centre, Sud et Est d'Eto’o Télécom les ont appelé pour dire que des agents d'un de leurs partenaires, «Volcan», sont venus manifester devant leur agence pour réclamer le paiement d'émoluments dont ils n'ont pas connaissance. Par la même occasion, ils ont rappelé que c’était la deuxième fois que les commerciaux du même partenaire se livrent à de telles manifestations.

La première fois, c'était mardi le 12 février dernier devant le siège à Douala, «Nous leur avons expliqué que ce n'est pas Eto’o Telecom qui paie leurs salaires, encore moins leurs commissions. Qu'ils devraient se tourner vers les responsables de la structure qui les emploie pour revendiquer leurs droits. Nous sommes surpris qu’ils reviennent vers nous une seconde fois.

Nous avons donc tenu à lever toute équivoque pour qu'il n'y ait pas d'amalgames», a précisé le DG. Me Kaldjob a ajouté: «Nous ne comprenons pas ce qui arrive à certains de nos partenaires, Volcan par exemple a bénéficié, comme beaucoup d'autres partenaires de revolving, une forme de facilité que nous avons mise en place pour leur permettre de payer 5 jours, voire une semaine après qu’ils aient pris le produit, c’est-à-dire après avoir vendu les produits que nous leur livrons».

A la question de savoir si ce n'était pas les clauses des contrats signés avec ces derniers (la levée d'exclusivité par exemple) qui ne faciliteraient pas le déploiement des mêmes partenaires, Me Kaldjob a renchéri en citant le nom du tout premier partenaire qui, le premier, avait posé le problème. Il s'agit de Cristalline qui a fermé aujourd’hui. Il a explique que tous leurs partenaires ont eu le temps d'étudier le contenu de leurs contrats qui, pour la plupart, les ont eu trois mois avant la signature. Le partenaire qui a finalement mis la clé sous le paillasson avait même proposé de leur revendre son fonds de commerce. Il a conclu en disant : «que ceux qui prétendent que Set Mobile est à l'origine de ses malheurs, qu’ils rendent public son chiffre d'affaires déclaré aux impôts avant et après la signature de son contrat avec Eto’o Telecom».

Hervé Perrin a promis qu'ils communiqueront avant fin mars 2013 «pour donner des nouvelles orientations et stratégies de l'entreprise avec des nouvelles offres plus alléchantes que les premières». Hier, il s'agissait «juste de donner des précisions sur des attaques injustifiées auxquelles nous faisons face. Que les employés de nos partenaires ne mêlent pas Eto'o Télécom dans les relations qui les lient à leurs employés».

© Louis Noé Mbengan | L'Actu

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau