Lutte contre la pauvreté: 15 000 F CFA/mois pour des ménages démunis

Dès avril 2013, des familles issues des régions les plus pauvres du Cameroun vont percevoir mensuellement cette somme dans le cadre du programme « les filets sociaux» visant à améliorer les conditions de vie des populations.

pauvrete.jpg

D'après des statistiques issues de la troisième enquête camerounaise auprès des ménages (Ecam3), le niveau de pauvreté est resté stable au Cameroun entre 2001 et 2007. Dans le pays, environ quatre personnes sur dix vivent en dessous du seuil de pauvreté. Affectés par la pauvreté chronique, 26.1% des Camerounais ne peuvent subvenir quotidiennement à leurs besoins essentiels (nutrition, soins de santé, éducation...). Largement répandue en zone rurale, la pauvreté touche principalement cinq des dix régions du Cameroun à savoir l'Extrême-Nord, le Nord, l'Adamaoua, l'Est, et le Nord-Ouest. Face à cette situation alarmante, les autorités camerounaises ont élaboré, à travers le Document de Croissance pour la Stratégie et l'Emploi (DSCE), un plan de développement basé sur la création d'emplois décents, l'amélioration de la croissance, de la gouvernance et de la gestion stratégique de l'Etat. L’initiative vise à réduire le taux de pauvreté monétaire de 90 à 20% d'ici 2020, et d'améliorer par la même occasion, les conditions de vie du plus grand nombre de Camerounais.

Solutions

Avec l'appui de la Banque mondiale (BM). le Cameroun a mis en place depuis quelques années, un système de filets sociaux qui regroupe un ensemble de programmes de transferts non contributifs ciblant les personnes en état de pauvreté chronique ou passagère, et les groupes vulnérables afin de les aider à améliorer leurs conditions de vie tout en les protégeant contre les chocs. Mais, le pays ne disposant pas encore d’un système cordonné de programmes de filets sociaux bien ancré à une politique nationale de protection sociale, la lutte contre la pauvreté s'avère encore inefficace. C'est pour réviser cet état de choses qu'un séminaire de présentation de la stratégie de la Banque mondiale en matière de protection sociale en Afrique s'est tenue ce 20 février 2013 à Yaoundé. A en croire Emmanuel Nganou Djoumessi, Ministre de l'Economie, de la planification et de l'aménagement du territoire (Minepat), le but de la rencontre était «de rechercher, pour mieux les articuler, les différentes actions, les mesures que le gouvernement se doit de conduire pour mieux redresser la pauvreté, réduire les inégalités, briser la vulnérabilité et prémunir les citoyens contre les chocs divers, sources de perturbation sociale».

Au sujet des filets sociaux, leur mise en place se fera en deux étapes, la première phase consiste à l'expérimentation d'un projet pilote de transferts monétaires financé par l’Etat du Cameroun, Celui-ci va permettre à 2 000 ménages de bénéficier chacun, dès avril 2013, d'un transfert monétaire de 15000 Fcfa en moyenne par mois, sur une période de deux ans. 1500 ménages bénéficiaires ont été sélectionnés dans les villages de la commune de Souledé Roua dans la région de l'Extrême-Nord, et les 500 autres seront issus de la ville de Ndop dans le Nord-Ouest. Après cette phase expérimentale le programme va passer à l'échelle nationale à partir de mars 2014, grâce notamment à la BM qui va financer à hauteur de 25 milliards de F CFA. 10.000 autres ménages choisis dans les cinq régions les plus pauvres et les villes de Yaoundé et Douala recevront à leur tour les mêmes fonds pendant une durée similaire. Il faut ajouter que la composante. «Programme pilote de travaux publics à haute intensité de main-d’œuvre qui débute à partir de la troisième année du projet va permettre à 30 000 ménages camerounais de bénéficier de petits emplois temporaires.»

© Joseph Samuel Zoé | L'Actu

Commentaires (1)

1. kwetcha hugues 25/02/2013

C'est une tres grande initiative du President de la Republique et montre ainsi un aboutissement des grandes realisations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau