Lions indomptables: Jean Paul Akono bientôt viré

L'entraîneur sélectionneur national de l'équipe nationale de football fanion paierait ainsi le lourd tribu de son amateurisme et de son archaïsme.

jean-paul-akono-0004-thn-475x34y.jpg

Ainsi donc, les Lions indomptables du Cameroun étaient dans l'arène le 6 février dernier à l'occasion de la période Fifa consacrée aux matches amicaux pour toutes les nations du monde affiliées à la Fifa. A cette occasion, les poulains de Jean Paul Akono étaient aux prises avec les Taifa Stars de Tanzanie. Une rencontre qui a vu la victoire des Tanzaniens sur les Camerounais sur le score étriqué d'un but à 0, but marqué à la lisière du temps réglementaire.

Le moins que l'on puisse dire c'est que cette rencontre, pourtant annoncée de longue date à l'avance, ne s'est pas préparée dans les meilleures des conditions. Il est vrai que du côté de l'entraîneur sélectionneur, la liste de l'équipe a été rendue publique a temps, laissant ainsi le temps nécessaire à la Fécafoot de faire parvenir aux joueurs convoqués les convocations destinées à leurs clubs employeurs pour leur libération pour le match. Plus la date du match approchait, plus on avait la conviction que tout allait bien jusqu'au moment où la partie tanzanienne qui devait émettre les titres de transport a manifesté une certaine incapacité à tenir cet engagement contractuel.

Le président de la Fécafoot, Iya Mohammed aurait d'ailleurs promptement réagi en se montrant disposé à payer les titres de transport pour ses poulains, au même moment qu'une autre alternative était en préparation. En fin de course, l'on retiendra que sur les 21 joueurs sélectionnés pour cette rencontre, 11 et pas des moindres feront défection, obligeant l'entraîneur Jean Paul Akono à activer le plan B en convoquant au débotté 7 joueurs du terroir. A suivre les différentes raisons évoquées par les absents, du moins pour ceux qui ont daigné donner des explications de leurs absences à la Fécafoot comme le prévoit le règlement intérieur de l'équipe nationale de football fanion, force est de constater que le ver est plus que jamais dans le fruit Et c'est chacun qui va de son petit commentaire.

Nouveaux joueurs

Pour certains observateurs, tout part de la sélection même des 21 joueurs de Jean Paul Akono qui a été son dévolu sur de nouveaux joueurs alors qu'il aurait pu jouer la carte de la continuité en profitant de ce match pour rôder son équipe dans la perspective du prochain Cameroun-Togo. Pour ces mêmes observateurs, le vainqueur du tournoi de football des J.O. de Sydney 2000 aurait ainsi donne du grain à moudre à ses détracteurs qui soutiennent que Jean Paul Akono serait revenu à ses vieux amours de rançonnement des équipes qu'il dirige? Info ou intox? Toujours est-il que nos sources indiquent qu'en visitant cette liste, une rumeur se serait répandue selon laquelle Samuel Eto’o était revenu en sélection avec son désordre et que c'est lui qui aurait suscité la sélection de nouveaux joueurs et la mise à l'écart de certains. Informé de cette rumeur, soutiennent nos antennes, le capitaine des Lions aurait alors décidé de boycotter cette rencontre car sa seule présence à Dar Es Salam créditerait la thèse qui veut que la liste de Jean Paul Akono transite par la Russie, reçoive le visa du «Pichichi» avant d'atterrir à Tsinga.

Dans le même temps, croit savoir la même source, le clan Song s'est convaincu, au regard de la sélection de Jean Paul Akono que Samuel Eto’o avait repris le contrôle de la sélection. Et pourtant, pour d'autres observateurs la défaite de Dar Es Salam est totalement à mettre à l'actif du sélectionneur national. Pour s'en convaincre, ces observateurs estiment que depuis son retour dans la tanière, Jean Paul Akono n'en fait qu'à sa tête. Il n'écoute personne, encore moins ses adjoints qui bénéficient pourtant de la même confiance des autorités. Plus grave, notent les mêmes observateurs, l'homme fait preuve d'un amateurisme et d'un archaïsme qu'il a de la peine a se départir. Et pour cause, depuis ses lauriers de 2000 et même avant, l'homme a tourné le dos au recyclage, aux stages de perfectionnement, à la remise à niveau, toutes choses nécessaires dans la réussite dans un milieu où les choses vont très vite.

Pour se faire convainquant, ces détracteurs soulignaient à grand traits que pour la préparation de ce match, «Magnusson», en villégiature en Afrique du Sud n'a rejoint Dar Es Salam que la veille du match. Tout comme ses 7 «Zorro» venus du Cameroun qui ont foulé le sol tanzanien à 3 heures du matin. Et lorsqu'il faut ajouter que la Tanzanie se trouve en altitude, que depuis quelques années, le 124ème mondial ne cesse de prendre du galon, et que les Lions n'ont pas pu s'entrainer, il fallait plus qu'un miracle pour s'en sortir des griffes des Taifa Stars. En définitive, la défaite du Cameroun en Tanzanie semble avoir sonné le glas de Jean Paul Akono à la tête de la sélection nationale. Son limogeage n'est plus qu'une question de temps. Ce d'autant que le nom de son remplaçant circule déjà dans certains milieux. Il ne devra s'en prendre qu’à lui-même.

© Charles Nwé | La Nouvelle

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau