LES DESSOUS DU TÊTE-À TÊTE PAUL BIYA-SEPP BLATTER

Biya blatter060514300Parmi les sujets inscrits au menu des échanges lors de l’audience accordée par le Chef de l’Etat au président de la Fédération internationale de football association (Fifa) lundi dernier, figurait en bonne place, le cas Iya Mohammed pour lequel son ami aurait solidement plaidé pour sa libération.

35 minutes chrono. Moins de la durée d’une mi-temps d’un match de football. C’est le temps qu’aura duré le tête à tête entre Paul Biya et Joseph Sepp Blatter dans les somptueux salons du Palais d’Etoudi le 05 mai dernier. Mais que se sont-ils dit au juste ? D’abord côté cour, l’échange entre les deux hommes s’est voulu chaleureux, convivial et chargé de symboles à en croire nos confrères de Cameroon Tribune qui ont suivi de bout en bout, cette audience au sommet.

Le patron du football mondial a évoqué des compliments reçus du chef de l’Etat sur la valeur sociale et culturelle acquise par le football aujourd’hui dans le monde. A travers une capacité de mettre les gens ensemble, y compris dans des zones de conflit, dans « un monde perturbé et même belliqueux ». En retour, le président de la Fifa a dit son admiration au « premier sportif camerounais » pour sa forme physique et sa clairvoyance dans la conduite des affaires de l’Etat, notamment la préservation de la paix, dans un contexte de crises aux frontières.

Perspectives

Le chef de l’Etat, à en croire son hôte, a dit son espoir de voir le football camerounais repartir d’un bon pied avec le Comité de normalisation qui assure depuis juillet 2013, la période transitoire à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). De manière à ce que notre équipe nationale, les Lions, redevienne indomptable à la Coupe du monde qui démarre dans 37 jours. Mieux, dans le registre des perspectives, Sepp Blatter confirme l’engagement du Cameroun à faire construire deux grands stades dans les villes de Yaoundé et Douala, ainsi que trois autres stades dans des métropoles régionales.

Les deux hommes ont également épilogué sur l’organisation au Cameroun, de la Coupe d’Afrique des nations (Can) féminine en 2016 et sa candidature pour l’organisation de la Can masculine en 2019. Une perche tendue au N’nomgui qui a trouvé là l’occasion de marquer des précieux points dans la course des candidatures à cette prestigieuse compétition. Nostalgique, Sepp Blatter n’a pas oublié son dernier séjour au Cameroun, il y a 11 ans, pour les obsèques de Marc-Vivien Foé, Lion indomptable tombé les armes à la main, le 26 juin 2003 à Lyon, au cours du match Cameroun-Colombie, marquant la demi-finale de la Coupe des confédérations.

Epineuse affaire

Côté jardin, les deux hommes, à en croire nos sources au Palais de l’Unité, auraient évoqué l’épineuse affaire Iya Mohammed, l’ex président de la Fécafoot et non moins ami de l’hôte de Biya, incarcéré depuis un an pour des accusations relatives à sa gestion de la Société de développement du coton du Cameroun (Sodecoton). Le patron de la Fifa aurait par ailleurs, émis le vœu de voir le président de la République s’impliquer personnellement dans ce dossier à l’effet de libérer l’ancien homme fort de Tsinga qui continue contre vents et marées, de nier les accusations de détournement de fonds qui pèsent sur sa personne. Difficile toutefois de dire avec exactitude si Paul Biya lui en a fait la promesse en retour.

On se souvient qu’au plus fort de la crise à la Fécafoot et plus précisément au lendemain de la réélection de Iya Mohammed le 20 juin 2013, Blatter, au travers de sa plume, avait adressé une lettre de félicitations à son ami qui venait d’être arrêté puis conduit manu militari à la prison centrale de Kondengui. « Votre réélection, avait-il soutenu, « est clairement un vote de confiance en vos capacités de la part de la communauté footballistique camerounaise et j’espère m’appuyer sur notre amitié et notre excellente collaboration pour améliorer notre bonne gouvernance ». Blatter a-t-il convaincu Paul Biya d’élargir Iya ? Nul ne sait.

Si l’ancien délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Edouard Etondè Ekotto a été libéré après huit ans passées derrière les barreaux pour rien, ce n’est pas l’acquittement de Iya Mohammed (bientôt un an en prison) qui surprendrait les Camerounais. Quoiqu’il en soit, on croise les doigts et on attend.

© Le Messager : Christian TCHAPMI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau