Législatives et municipales: Fame Ndongo fait dans la langue de bois

Le Secrétaire à la communication du Rdpc n'est pas fixé sur le choix des primaires ou des investitures au Rdpc.

image.jpg

A peine Paul Biya, le Président de la République du Cameroun a-t-il convoqué le corps électoral pour le 30 septembre prochain que son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais a déjà une stratégie pour convaincre l'électorat flottant, rassurer les électeurs fidèles et séduire l'électorat hostile. «Les équipes de campagne iront sur le terrain pour apporter les messages du Rdpc.

Ce sont des messages de paix, d'unité, de solidarité, de progrès économique, social et culturel, de rayonnement international, voilà globalement la stratégie du Rdpc en attendant les textes qui viendront du Président national Paul Biya, a confié Jacques Fame Ndongo, le Secrétaire à la communication du Rdpc hier au cours d'une conférence de presse à Yaoundé. Il promet par ailleurs que les candidats qui seront investis par ce parti politique seront «des personnalités convaincues et convaincantes. Ils seront des militants patriotes, ce sera des militants qui peuvent transmettre des messages fondamentaux du Rdpc», a-t-il rassuré.

Pour que cette stratégie soit effective, c'est au Président de la République d'en donner l'ordre. Quoiqu'il décide «qu'il y ait primaire ou non, il y aura investiture. Quand il y a investiture in fine, il y a toujours investiture au niveau de la commune, du département. Le comité central transmet au Président national qui procède aux investitures», a expliqué Jacques Fame Ndongo, le Secrétaire à la communication du Rdpc, avant de préciser «quelle que soit l'hypothèse, le dernier mot appartiendra à l'instance chargée d'investir les candidatures. Comme vous le savez, chaque mode de sélection à ses avantages et ses défauts.

Les gens estiment que les primaires c'est la démocratie absolue, c'est relatif. Car, les gens peuvent arriver avec des moyens limités et acheter les consciences, mais nous savons que lorsque nous passons à l'investiture ultime, on dit qu'il n'y a pas de démocratie parce que la base n'est pas prononcée. La base se prononce toujours quelle que soit le mode d'investiture».

© NADINE NDJOMO | source: mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau