Le spectre de Boko Haram plane sur le Nigeria

25 terroristes de Boko Haram éliminés dans l’État de Borno au nord-est du Nigeria, trois villages libérés, de nombreuses armes confisquées et 18 prisonniers libérés des griffes des extrémistes: le bilan militaire annoncé par le colonel Sani Ousman pour la journée du lundi 28 mars a redonné une bouffée d’air à la population.

Pourtant, Boko Haram est loin d’avoir dit son dernier mot. Que doit attendre le Nigeria et le monde entier de la plus cruelle organisation terroriste de l’histoire? Menace-t-elle de s’étendre hors du continent africain?

L’organisation terroriste Boko Haram s’est déjà répandue dans le nord-est du Nigeria, au Tchad, au Niger et au nord du Cameroun. Abubakar Shekau s’est proclamé leader de cette organisation, d’abord soupçonnée de liens avec Al-Qaïda — en mars 2015, elle a finalement prêté allégeance à Daech. Depuis 2009, Boko Haram a tué 20 000 personnes et forcé 2,3 millions d’individus à abandonner leur foyer. Le groupe terroriste est considéré comme le plus meurtrier selon l’indice global du terrorisme en 2015. 

Al-Qaïda n’a jamais officiellement considéré Boko Haram comme un partenaire ou une organisation affiliée. Après l’enlèvement des lycéennes de Chibok, Al-Qaïda n’a fait aucun commentaire sur les agissements de Boko Haram, ce qui a poussé certains analystes à conclure que le groupe africain était trop violent, même pour Al-Qaïda. Selon certaines informations, la forme et la structure de l’organisation terroriste autrefois dirigée par Oussama Ben Laden et de ses filiales faire encore débat, y compris dans les couloirs des services de renseignement américains. L’état actuel des liens entre Boko Haram et Al-Qaïda reste donc inconnu.

En mars 2015, Abubakar Shekau a annoncé sur Twitter et dans une vidéo publiée sur internet qu’il prêtait allégeance à Daech, ce qui n’a certainement pas nui à la propagande du groupe. En parallèle, Boko Haram a commencé à élargir ses liens avec les groupes islamistes dans la région: du Maghreb islamique au Mali et à la Libye.Qu’apporte cette adhésion à Daech de groupes auparavant affiliés à Al-Qaïda, notamment à Boko Haram? Alors que les objectifs d’Al-Qaïda semblent de plus en plus flous, Daech cherche à créer des califats sur des territoires clairement contrôlés. Le groupe et combattants de Boko Haram ont ainsi une alternative. Daech ne voit visiblement aucune nécessité particulière de déployer des groupes nigérians à l’étranger, ou peut-être que les dépenses matérielles et techniques pour le déplacement des forces au sud du Sahara sont trop élevées pour les islamistes.

Une attaque de Boko Haram fait au moins 60 morts au Nigeria

Est-ce que cela signifie que Boko Haram ne représente pas une menace pour les USA ou qu’il ne le deviendra pas à terme? L’objectif, de toute façon, est d’empêcher Boko Haram d’obtenir la possibilité de sortir à l’extérieur des frontières du Nigeria. Aujourd’hui, malgré la fameuse devise de l’organisation d' »interdire l’éducation occidentale », la principale rancune de Boko Haram est tournée contre la sécularisation et la corruption au Nigeria même.

Source : sputniknews

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau