Le Chef de l’Etat rencontre le patronat français

Dans son discours de clôture du forum économique tenu à Paris, le 31 janvier 2013, entre la partie camerounaise et les entrepreneurs français, le Chef de l’Etat a demandé que les conclusions de ces assises ne restent pas lettre morte. Il a recommandé aux uns et aux autres de «passer à l’action», car «c’est ce que nos populations attendent».

rencontre-paul-biya-avec-medef-p-thn-475.jpg

Après son entretien de la veille au Palais de l’Elysée avec le Président de la République française, Monsieur François HOLLANDE, le Président Paul BIYA a rencontré le patronat français au pavillon Gabriel à Paris dans la mi-journée de jeudi, 31 janvier 2013. Le Chef de l’Etat venait ainsi clôturer le forum économique sur le thème: «Cameroun-France: pour un partenariat durable». Ouvertes quelques heures plutôt, ces assises ont rassemblé des membres de la suite officielle du Chef de l’Etat - les ministres, notamment ceux en charge des questions économiques et les représentants du secteur privé national- ainsi que plus d’une centaine d’entrepreneurs français, sous la conduite de l’ancien ministre Michel Roussin.

Les deux parties ont abordé plusieurs thèmes de discussion relatifs aux infrastructures, au transport, à l’eau et à l’électricité, à l’aménagement urbain, aux industries gazières, etc. pour « un vrai partenariat » entre la France et le Cameroun, selon l’expression de M. Roussin. Avant le discours de clôture du Chef de l’Etat, Monsieur Roussin a fait la synthèse des travaux. Il s’est félicité de la qualité des échanges entre les deux parties.

« La France ne recule devant aucun projet présentant un intérêt pour le développement du Cameroun », a-t-il déclaré, avant de conclure : «Les entreprises françaises sont convaincues, la route du Cameroun est une bonne route ». Pour confirmer ces propos du vice-président du MEDEF international, l’assistance a écouté les témoignages de trois chefs d’entreprises françaises présentes ou en voie de s’installer au Cameroun : le Groupe Lafarge à travers sa filiale CIMENCAM ; GDF Suez et le groupe « hôtelier Onomo International ».

Prenant la parole, le Chef de l’Etat a présenté la nouvelle physionomie de l’économie camerounaise en pleine croissance et qui offre d’heureuses perspectives aux investisseurs français. Il s’est ensuite appesanti sur l’environnement des affaires en constante amélioration grâce aux réformes entreprises pour promouvoir la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Le Chef de l’Etat a annoncé la mise en place d’un système plus attractif en vue d’inciter les entreprises à investir au Cameroun.

Il a salué l’action de l’Agence française de développement (AFD) à travers notamment la conduite réussie du contrat de désendettement et de développement (C2D). Achevant son propos, le Chef de l’Etat a souhaité que les conclusions de ce forum ne restent pas lettre morte. « Il faut passer à la pratique. C’est ce que nos populations attendent.», a-t-il déclaré.

Yaoundé, le 31-01-2013

© P.R.C. | Correspondance

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau