ISSA TCHIROMA BAKARY EN COLÈRE : BARACK OBAMA N’A PAS À « NOUS » DICTER LA DÉMOCRATIE (VIDÉO)

Tchiroma130814300Le gouvernement camerounais qui a participé au sommet Etats-Unis-Afrique de la semaine dernière ne semble pas apprécier les leçons de démocratie de Barack Obama, dont le pays souhaite conditionner l’octroi de l’aide aux Africains à la transparence politique et au respect des droits de l’homme.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse donnée à Yaoundé peu après la réunion de Washington, par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. « Ce que nous n’acceptons pas, c’est des dictées ou des diktats », s’est emporté le ministre, interrogé par un journaliste.

 Evoquant l’âge avancé de Paul Biya, qui, officiellement âgé de 81 ans préside aux destinées du Cameroun depuis 32 ans, le ministre a indiqué que l’adversaire de Barack Obama à l’élection de 2008, le républicain John McCain était âgé de 72 ans à l’époque, et qu’il aurait 80 ans aujourd’hui tout en étant au pouvoir, s’il avait été élu.

Cette sortie inopinée de M. Tchiroma qui alterne régulièrement entre opposant farouche et thuriféraire de Paul Biya au gré de ses admissions ou limogeages du gouvernement de Yaoundé traduit le malaise persistant qui règne depuis quelques années entre Washington et Yaoundé, au sujet des droits de l’homme.

L’administration américaine a en effet reconnu le statut de prisonniers politiques à des détenus camerounais, suscitant la colère de Yaoundé. C’est le cas de l’ancien ministre de l’Intérieur Marafa Hamidou Yaya, un Peul du nord du pays régulièrement perçu comme l’un des meilleurs successeurs possibles à Paul Biya, qui a été condamné à 25 ans de prison dans une affaire de détournement de fonds publics qui s’est depuis révélée inexistante.

C’est seulement fin juillet également, que Washington a accrédité Michael Stephen Hoza comme nouvel ambassadeur à Yaoundé, près d’un an après le départ Robert Peter Jackson, qui s’était montré très critique envers le système électoral camerounais. Régulièrement épinglé dans les rapports d’organisations non gouvernementales occidentales au sujet de la violation massive des droits de l’homme, le Cameroun s’est rapproché ces dernières années de la Chine moins regardante.

 Yaoundé se trouve ainsi submergé de millions de dollars venus de Pékin. D’où sans doute, l’arrogance et le coup de gueule du ministre Tchiroma connu pour son langage peu diplomatique.

 

© Correspondance de : René DASSIE

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau