Grève à Sitrafer: Les raisons de la crise

7 mois d’arriérés de salaire. C’est la masse salariale que Jacques Bimaï doit verser à ses employés. A côté de cette ardoise, on peut noter les engagements pris par le président directeur général de Sitrafer à la suite du mouvement de grève du 24 septembre 2012. Le patron de l’entreprise Sitrafer soutient que ses ennuis financiers sont liés au non paiement des factures pour services rendus à la Camrail. Dans un communiqué datant du 07 janvier 2013, la société de chemin de fer Camrail reconnaît avoir versé à Sitrafer environ 1 milliard de Francs CFA TTC. Ce montant a été débloqué, au titre des travaux réalisés et d’avance de démarrage sur les bons de commande pour le compte de l’année 2012.

Les agents de Sitrafer ne sont pas prêts de baisser les bras. La majorité d’entre eux ne parviennent plus à joindre les deux bouts. Des sources nous informent que les problèmes financiers de Jacques Bimaï, sont dus au fait que l’homme s’est beaucoup investi en politique pour l’honneur et la gloire. Cette démarche a presque ruiné l’opérateur économique.

Des langues disent qu’il mène une vie de pacha. Ses virées dans les boites de nuit et les séjours dans les hôtels de luxe comme le Hilton Hotel, font beaucoup de mal à son porte monnaie. Bimaï aurait même remis des sommes astronomiques à certains barons du régime et fait des concessions, pour son entrée au Comité Central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Depuis la tenue du dernier congrès du RDPC, l’homme d’affaires est membre du Comité Central. On constate que chaque chose à son prix.

© Lucien EMBOM | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau