Grands travaux à l’aéroport de Douala

La deuxième bretelle de l’aéroport international de Douala est en construction. Sur le site, l’équipe de CT a pu voir engins et techniciens à l’œuvre pendant la matinée de lundi.

Grands travaux à l’aéroport de Douala

« Nous sommes dans une zone critique, une zone qui raccorde à la piste d’atterrissage », explique un responsable technique des Adc (Aéroports du Cameroun). Du coup, les avions ne peuvent pas atterrir (ni décoller), d’où la fermeture partielle de la piste. Selon une note d’information des Adc, elle sera close de minuit à 15h, du 24 au 27 novembre 2015. Une « fermeture en continu » a été observée du 21 novembre à minuit au 23 novembre à 15h. Les travaux actuels, dont le coût est évalué à trois milliards de francs, supportés par le budget Adc/Com (Contrat d’objectif minimum avec l’Etat), comprennent aussi la réfection partielle des aires de stationnement avions. De la fermeture totale de l’aéroport Selon le directeur de l’aéroport international de Douala, Jacob Mbargaso Bahayang, d’autres travaux
sont prévus du 1er au 21 mars 2016. Ils porteront sur le reste de la réhabilitation de l’aire de stationnement, puis sur la piste d’atterrissage elle-même. Au cours de la première semaine, la fermeture sera partielle, puis totale durant les deux suivantes. Comme pour la fermeture partielle actuelle, les compagnies aériennes ont été informées. Le coût des travaux de mars prochain est évalué à environ 15 milliards de francs, supporté par un
prêt de l’Agence française de Développement (Afd, lire interview). Quid des passagers ? Pendant la fermeture totale de l’aéroport de Douala (prévue donc durant la deuxième et la troisième semaine de mars 2016), les passagers à destination de la capitale économique seront débarqués à Yaoundé, explique-t-on aux Adc. L’entreprise aurait entamé des négociations avec des acteurs du transport ter
restre (compagnie ferroviaire, agences de voyage interurbain) pour assurer, à ses frais, le déplacement sur Douala des passagers ayant atterri à Yaoundé-Nsimalen du fait de la fermeture totale de l’aéroport. Le coût de cette intervention n’est pas encore connu. Quid des personnels ? « La direction générale est en train de réfléchir » à la situation des personnels qui se retrouveront pour
ainsi dire désœuvrés pendant deux semaines au mois de mars 2016, a appris CT hier à l’aéroport, sans plus de précision. Redéploiement, réorientation ? En tout cas, pour ce qui est des fermetures partielles actuelles, les différents acteurs de la place aéroportuaire ont été invités à réorganiser leur personnel. Surtout que la pression est forte pendant les heures d’ouverture.

@Cameroun tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau