Gestion du contentieux à la CNPS: Arnaque de haut vol des usagers

Ce qui jusqu'alors se murmurait dans les couloirs de la CNPS, a depuis peu été révélé au grand public au travers des scènes de contestation bouillantes des usagers de cette entreprise publique chargée de gérer les prestations sociales des employés. En fait, il s'est agi d'usagers redevables vis-à-vis de cette entreprise qui virent leurs dettes majorées indûment par le directeur du contentieux afin de contraindre ces derniers d'entreprendre des négociations en marge des dispositions réglementaires.

Négociations entre eux et ledit directeur du contentieux qui petit ainsi à loisir leur imposer le paiement de royalties indues. Mais cela aussi on peut valablement le comprendre dans un environnement enclin à promouvoir l'enrichissement illicite des dirigeants ou de ce qui en tient lieu, si l'on s'en tient aux nombreux investissements immobiliers du directeur du contentieux et disséminés dans diverses villes de la région du sud et singulièrement à Ebolowa. Car, sachant disposer de fait de sources de financements intarissables, il peut assouvir son désir de reconnaissance et de puissance qui lui dicte l'adoption des pratiques peu orthodoxes dénoncées ici.

Pourtant, ce n'est pas faute de disposer en son sein d'une cellule de lutte contre la corruption ou de ce qui en tiendrait lieu, mais jouant généralement d'artifice, le directeur du contentieux réussit toujours à enrôler dans son escarcelle, bon nombre d'usagers de la CNPS? Depuis lors, la notoriété induite de cette entreprise a pris un sérieux coup, non ans que par ailleurs d'autres usagers y voient simplement la suite logique des frasques y réalisées par le directeur général lui-même, fort de son passé plutôt nébuleux.

En fait, ce dernier ne peut qu'avaliser tacitement les agissements de son directeur financier se sachant lui-même en proie à d'autres types de récriminations. Ce d'autant plus qu'au-delà de ses infidélités conjugales et sa forte propension aux extravagances sexuelles, il traîne une réputation de véritable voyou économique. Toutes choses qui dès lors lui dicteraient de fait l'observance de la loi de l'omerta, par rapport aux accusations portées contre l'un de ses principaux collaborateurs, en l'occurrence le directeur du contentieux. Toutefois, face à la détermination des usagers à lui faire payer ses multiples arnaques, il ne fait point de doute que l'aboutissement des procédures engagées à son encontre pour ce faire, déteindra également sur le directeur général lui-même. Aussi urge-t-il pour ce dernier de prendre des mesures qui s'imposent en se désolidarisant notamment de son directeur du contentieux et mieux, en dénonçant ses agissements plutôt répréhensibles.

A défaut pour lui de ne point s'y faire, alors les suspicions de complicité que lui vouent les usagers viendraient à être entérinées et constitueraient à l'occasion des faits aggravants à prendre comme tels.

Urgence d'assainissement

Fort de ce qui précède, il y a indubitablement urgence à assainir la gestion du contentieux à la CNPS. Car, en l'absence d'une telle démarche cela pourrait braquer les usagers et leur dicter à l'occasion un incivisme préjudiciable pour les performances globales de cette entreprise. Et cela, le directeur général de ladite entreprise doit le savoir plus que quiconque, lui qui sait être évalué sur les performances de l'entreprise, eu égard aux objectifs qui lui sont très certainement assignés pour chaque exercice budgétaire.

Et sauf pour lui de croire qu'on ne saurait lui en tenir rigueur le moment venu, alors on peut valablement comprendre qu'il observe jusqu’ici un mutisme devant les accusations portées contre le directeur du contentieux. Et il cela était, alors les institutions de lutte contre la corruption disposent là de réels motifs pour se déployer à la CNPS, question d'y amorcer une vaste opération d'assainissement tant il est évident que le directeur du contentieux doit très certainement disposer d'autres complicités au sein de la maison pour évoluer ainsi impunément depuis longtemps.

Certes, en l'état de nos investigations les seules preuves patentes dont nous disposons restent les récriminations des usagers assorties de leurs états respectifs vis-à-vis de cette entreprise. Et nul doute qu'en poussant davantage nos enquêtes on pourra déboucher sur un plus gros lièvre, non sans en disséquer au mieux les démembrements. Mais comme nous n'y sommes pas encore, il n'empêche que la sonnette d'alarme étant tirée, il urge pour les services compétents de prendre le relais et de débusquer le réseau au travers duquel évoluent inéluctablement le directeur du contentieux et ses complices.

© Damaris Tchounkeu (Le Detective) | Correspondance

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/12/2012