Foumban: Deux électeurs maintenus en prison

prison-1.jpg

Des jeunes militants de l’Udc font savoir que n’eût été l’appel au calme d’Adamou Ndam Njoya, ils auraient extraits de ce pénitencier ces deux électeurs, présumés innocents.

Le dispositif de sécurité de la prison principale de Foumban a été renforcé ce dimanche 14 avril 2013. Une dizaine de gardiens de prison accompagnés d’un gendarme sont postés à l’entrée de ce pénitencier, armes au poing alors qu’habituellement trois personnes au maximum assurent le service en question. Pour cause, les geôliers craignent un soulèvement des militants de l’Union démocratique du Cameroun. Ceux-ci seraient mécontents du maintien en prison de deux potentiels électeurs de la formation politique en lice pour les sénatoriales 2013 dans la région de l’Ouest. Il s’agit notamment de M. Lame Zacharie, 1er adjoint au maire de Foumban (Cuf) et de M. Tapon, conseiller municipal à la Cuf et président de la conférence des présidents départementaux de l’Udc à Foumban.

Ces deux dignitaires de l’Udc séjournent à la prison de Foumban depuis le mois de janvier 2013 suite à une confrontation entre les militants de ce parti de l’opposition et la garde rapprochée du sultan-roi des Bamoun, Ibrahim Mbombo Njoya. Reste que comptabilisés sur le fichier des 268 grands électeurs du département du Noun, ces deux personnes n’ont finalement pas pris part aux votes des 7 futurs sénateurs de la région de l’Ouest. Conséquence, au moment où il était 16 heures à Foumban, 258 conseillers municipaux avaient déjà voté. Ils restaient juste quatre. Des sources d’Elecam Foumban font savoir qu’hormis les deux conseillers en détention qui ne peuvent voter suivant le code électoral, 1 conseiller se trouve hors du pays et n’a pas produit de procuration.

Adamou Ndam Njoya, maire de Foumban et président national de l’Udc, a pris part au vote. Et se dit satisfait. De même que plusieurs conseillers municipaux de cette formation politique. Après les votes, ils se sont massés dans la cour de leur leader pour attendre les dépouillements. Par contre ceux du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc) venus de Foumbot (9) et de Magba (25) sont rentrés dans leurs communes respectives, après un crochet à la maison du parti Rdpc du Noun Centre où sous la supervision de Mefiro Oumarou, responsable de la délégation du comité central du Rdpc dans le cadre desdites opérations, ils se sont restaurés.

Lipeh Yacouba, conseiller municipal Rdpc de la commune de Magba soutient que lui et ses pairs ont respecté la consigne de vote du parti en faveur du Sdf. Nous n’avons pas pu avoir des nouvelles du seul conseiller municipal Sdf du département du Noun. Il siège au conseil municipal de Foumban. Emmanuel Samo, président de la circonscription électorale Sdf de Foumban assure néanmoins que tout se déroule dans de bonnes conditions. « Nous disposons des représentants dans les quatre bureaux de vote du lycée classique de Foumban. Tout se passe bien », se réjouit-il. De même qu’il compte mobiliser ses militants pour les opérations de dépouillement. Question pour lui de suivre la logique de l’Udc dont l’expertise en matière de sécurisation des votes dans le Noun ne fait plus de doute.

@Guy Modeste DZUDIE, à Foumban / Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau