Droits d’auteurs: Roméo Dika veut porter plainte

dika-1.jpeg

Le bicéphalisme qui gouverne la question des droits d’auteurs en matière musicale au Cameroun, a abouti à une guerre de tranchées où nombre de gens en l’occurrence, le célèbre Manu Dibango ont laissé des plumes. Selon les textes légaux on ne peut avoir qu’une seule société de droit d’auteur par catégorie. Malgré cet éclairage juridique, on se retrouve de nos jours au Cameroun avec deux structures à savoir la Cameroon Music Corporation (CMC), et la Société Camerounaise de l’Art Musical (SOCAM).

Les deux entreprises se bousculent sur la scène tout en créant la zizanie parmi les artistes musiciens camerounais. Devant cette pagaille, la Cour Suprême (CR) a été obligée de trancher en faveur de la CMC. Mais jusqu’à présent la décision ne semble pas impressionner la SOCAM. Des deux côtés, on se livre au clientélisme et à l’intoxication. Même les médias ne sont pas en reste, puisque actuellement, la famille de la communication est divisée en deux camps.

Les pros SOCAM et les antis s’affrontent sur les ondes ainsi que dans les journaux. Odile Ngaska, Aron Kabelok et Roméo Dika de la SOCAM essuient au quotidien les feux nourris de leurs ennemis. Sam Mbende fait l’objet de virulentes attaques, en dépit de l’existence légale de la société dont il a la charge. Habité par l’esprit fairplay, Sam reste serein. Mais d’où vient-il aujourd’hui que dans le camp d’en face, on envisage de déposer plainte contre ceux qui ont eu le courage de faire connaître la vérité au peuple.

La vérité étant comme la lumière du soleil, nul ne peut l’empêcher de briller. Au regard de la situation qui prévaut, l’action de Dika n’a aucune chance de prospérer. Sauf surprise, les tribunaux n’ont pas une marge légale pour satisfaire les desiderata de notre compatriote. Selon des témoignages, c’est plutôt lui qui devrait répondre pour insubordination devant les institutions de la République. N’est-ce pas là une fuite en avant? Son appartenance au Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais serait un manteau.

© Lucien EMBOM | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau