Détournement de fonds : Officiers et magistrats militaires indexés

L’accusation commence à dévoiler les pièces qui accablent l’ex-Tpg, pousuivi dans le cadre d’une affaire portant sur le détournement de près de 6,4 milliards Fcfa, en complicité avec des hauts gradés.

  L’affaire pendante depuis l’année 2015 dévoile déjà ses «secrets». Le représentant du ministère public (l’accusation) a versé au tribunal une abondante documentation qui embarrasse l’ancien homme fort de la Trésorière générale de Yaoundé, Mbia Enguene Emmanuel. La documentation est constituée d’une kyrielle des pièces relatives aux mémoires et autres titres de paiement. Ces pièces ont permis, selon l’accusation, la sortie des sommes indues du trésor public. Le Procureur général a lu, au cours d’une double audience étalée sur deux jours, les noms des magistrats militaires ‘’heureux’’ bénéficiaires.

Il ressort de cette litanie inédite devant nos juridictions, une constance : tous les bénéficiaires ou presque  sont tous des sous-officiers, officiers et officiers supérieurs magistrats militaires. Au total, près de 6.400.000.000 de FCfa  ont servi à «payer» les frais de mission et autres émoluments à ces magistrats militaires. Ce, dans le cadre des audiences  militaires foraines qui se sont tenues dans la région du Centre. D’après l’accusation, les pièces querellées ne comportaient ni matricule, ni ordre de mission ou bulletin de solde En effet, Mbia Enguene et ses collaborateurs sont accusés, d’avoir courant  2011- février 2013, procédé  au paiement des frais de justice  militaire en  ayant  recours à la consignation (mode de paiement qui échappe au contrôle de la hiérarchie). Or, dans le cas d’espèce, sans consignation des sommes par des militaires, Mbia Enguene et ses coaccusés ont favorisé la sortie de 3.194.000.000 de FCFA au profit des militaires, soutient l’accusation. Il est notamment reproché à Mbia Enguene (à titre personnel) d’avoir effectué par un jeu d’écritures un dépôt dans le compte dépôt et consignation en vue du paiement des magistrats militaires.

Le représentant du Ministère des Finances, sieur Léma Félix, inspecteur du trésor, a été entendu par le tribunal. Il a affirmé que cette façon de procéder respecte l’orthodoxie comptable. Mais, le témoin a pris soin d’ajouter : «ça n’a pas été comme tel dans le manuel de procédure, c’est un procédé régulier et admis». Il  est important de relever que les militaires impliqués dans le dossier de cette procédure ne sont pas interpellés. Selon des sources non encore confirmées, certains seraient en train de restituer le corps du délit. Cependant, le ministère public, maître des poursuites, n’en fait pas cas. Mbia Enguene a été interpellé à son domicile le 06 février 2013 par les éléments de la police judiciaire (PJ). Au terme de 09 jours de garde à vue à la P.J, il est présenté au Procureur général du Tribunal criminel spécial. Il sera inculpé pour détournement des deniers publics en coaction et complicité. Sur ces entrefaites, ce fils de Ntui, département du Mbam et Kim, région du Centre, sera écroué le 15 février 2013 à la prison centrale de Yaoundé/Kondengui. Dans sa chute vertigineuse, l’ex-Tpg est accompagné d’une douzaine de collaborateurs (Mbassa N. Jehu, Djidere Etina, Maale N épse Toué, Ndam Yaya…). Au moment des faits, ils occupaient les fonctions de caissiers ou chefs de poste trésor à Yaoundé, Monatélé, Ebolowa, Kribi. A l’orée de la procédure, Mbia Enguene et ses collaborateurs avaient plaidé non coupables des faits mis à leur charge. L’audience a été suspendue. Elle reprendra ultérieurement pour les mêmes faits

 

 

Camer.be

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau