Des dizaines de membres de Boko Haram, faméliques, émaciés et contraints à la mendicité, se sont rendus aux autorités

Des dizaines de membres de Boko Haram, faméliques, émaciés et contraints à la mendicité, se sont rendus aux autorités, n’ayant plus le courage ni la force de combattre.

Afficher l'image d'origine

L’armée nigériane, associée à la camerounaise, a le vent en poupe. Après avoir coupé les voies de ravitaillement des membres de Boko Haram dans le nord du Nigéria, la secte meurtrière a de plus en plus de mal.

Des dizaines de membres de Boko Haram, faméliques, émaciés et contraints à la mendicité, se sont rendus aux autorités, n’ayant plus le courage ni la force de combattre. Soixante-six personnes plus exactement, y compris leurs enfants et leurs femmes, se sont livrés à des soldats samedi dernier à Gwoza, une cité située à environ 100 km au sud-est de Maiduguri, selon un officier supérieur.

Tous sont actuellement détenus au siège de l’armée à Maiduguri, berceau de Boko Haram et actuel centre de commandement de la guerre contre les extrémistes islamiques. Les détenus ont déclaré que beaucoup d’autres combattants veulent se rendre.

© Source : Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau