Des accrochages ont opposé les partisans d’Adamou Ndam Njoya et la garde rapprochée du sultan Ibrahim Mbombo Njoya

Le calme est de retour depuis mercredi matin dans la ville de Foumban, département du Noun. Grâce à la prompte et énergique intervention des forces de maintien de l’ordre, l’on n’a pas enregistré de morts suite aux accrochages entre les partisans du président de l’Union démocratique du Cameroun (UDC), Adamou Ndam Njoya et les éléments de la garde rapprochée du sultan des Bamoun, Ibrahim Mbombo Njoya. L’on note tout de même quelques blessés, une dizaine de véhicules saccagés dont celui du sous-préfet de Foumban, Jean Roger Kuo et plusieurs personnes interpellées. Le gouverneur Midjiyawa Bakari et tout l’état-major de la sécurité de l’Ouest ont fait une descente le premier jour de l’an 2013 dans la ville pour ramener le calme et la paix.

Selon des témoignages concordants, des militants de l’UDC voulaient présenter, comme chaque année, les vœux de nouvel an à leur président national, Adamou Ndam Njoya. La cérémonie devait être précédée d’une marche de soutien vers la résidence de Ndam Njoya. Le sous-préfet de Foumban, saisi, a délivré une autorisation à manifestation avec un itinéraire bien précis. Mais les militants de l’UDC ont décidé de dévier de l’itinéraire et de passer plutôt devant l’entrée principale du sultanat Bamoun.

Chose que n’ont pas accepté les éléments de la garde rapprochée du sultan. Des incidents ont éclaté. Jets de pierres, cailloux, tout y est allé dans chaque camp. N’eût été l’intervention prompte et énergique des forces de maintien de l’ordre, l’on aurait frôlé la catastrophe. Le gouverneur Midjiyawa Bakari a tenu des réunions avec le préfet du Noun, Sodea Hamadjida, le sous-préfet et le sultan, ainsi que le président de l’UDC. « Le calme est revenu.

La situation est sous contrôle. Nous avons ramené les uns et les autres aux bons sentiments et invité les populations à vaquer à leurs occupations dans le calme. Nous avons pris langue avec le président de l’UDC pour continuer à sensibiliser les populations sur la préservation de la paix, le respect des normes, lois et règlements qui régissent le Cameroun. Le Noun est un grand département et ne doit pas offrir des spectacles malheureux. J’ai demandé de faire taire les égoïsmes pour regarder ensemble vers le développement », confie le gouverneur Midjiyawa Bakari.

© Eric Vincent FOMO | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau