Crimes rituels de Mimboman: Et si les commanditaires se trouvaient de la prison de Kondengui?

yaounde2.jpg

Question très pertinente et qui mériterait d'être prise au sérieux quant à ce qui se passe à Mimboman ces derniers jours. Où les corps des jeunes filles sont retrouvés dans des endroits isolés et dépourvus de certains organes. Le constat est cohérent, la plupart des victimes oscillent entre 09 et 25 ans.

Pourquoi le quartier Mimboman est transformé en abattoir? Malgré tout le dispositif sécuritaire instauré en ce lieu. Ces groupes de criminels et agents du diable opérant dans les cercles sataniques ont battu le record du taux de criminalité au Cameroun ces derniers temps.

Néanmoins il faut se poser la question sur la base de ce réseau criminel puisque chaque groupe ou réseaux a toujours une base.

ANECDOTE

 Si nous évoquons le cas de la prison centrale de Kondengui, à la question de savoir si Kondengui était la base de ces criminels? Ce n'est pas une manière de dire que les détenus de Kondengui sont libérés la nuit pour aller faire les sales besognes à Mimboman, mais Kondengui la prison peut être le centre de ces actes odieux. Voici pourquoi: Un ancien détenu de Kondengui sorti il y a 05 mois raconte que dans leur local du quartier 03, un commerçant détenu dont nous taisons le nom a été l'objet d'un harcèlement téléphonique au mois de Juin-Juillet 2012 parce qu'il a été la dernière personne à appeler au téléphone une fille de 16 ans disparue. Le père de cette fille a passé une semaine à discuter avec ce détenu qui subitement avait rempli sa boutique sans savoir la provenance de son argent. La vraie version de cette affaire serait que le commerçant en question correspondait avec la petite au téléphone. La petite fille habitait en face de la prison avec ses parents et de temps en temps elle partait rendre visite à ce détenu. Ce dernier lors de la visite de la fille, lui aurait recommandé d'aller lui prendre de l'argent à Mimboman dans un lieu bien indiqué et la petite fille avait reçu le contact des personnes qui devraient lui remettre l'argent. Selon notre source elle aurait dit au revoir à son père avant de quitter le domicile familial. Jusqu'au jour d'aujourd'hui la petite fille n'était plus jamais revenue. Tous les détenus de ce local du quartier 03 suivaient la conversation entre ce commerçant et le père de la fille disparue. La prison centrale de Kondengui serait donc ainsi transformée en un véritable enfer où les gens cherchent les voix et moyens pour survivre. Et vont même parfois, jusqu'aux sacrifices humains. Beaucoup de crimes perpétrés ça et là au Cameroun sont organisés depuis la prison centrale de Kondengui puisque les criminels arrêtés auraient laissé derrière eux leurs complices et il faut les nourrir, les encourager, les consoler.

© René Noungang | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau