Conjuration:10 directeurs généraux veulent se faire oublier par Paul Biya - plus de 500 millions mobilisés pour hypnotiser le Chef de l'Etat

Un peu plus de 500 millions mobilisés par chacun pour des séances occultes chez les marabouts pour hypnotiser le Chef de l'Etat.

Depuis le lancement de l'opération épervier pour traquer tous les détourneurs de biens publics, un nombre important de personnalité est devant la barre, d'autre ont même déjà été condamné et purgent leur peine. Mais la grande surprise dans cette chasse contre les gestionnaires indélicats est que certains responsables malgré les crimes économiques dont ils sont des auteurs et qui soulèvent des vagues au sein de l'opinion publique restent en poste et ne se sont jamais présentés devant le juge pour un quelconque interrogatoire.

Une situation qui donnent assez de zèle à ces derniers qui se prennent désormais pour des intouchables. Pour savoir de qui et d'où «ces hommes forts» tiennent ce pouvoir malgré les cris ahurissants des populations, l'hebdomadaire l'épervier a fait une intrusion dans le jardin secret de 10 directeurs généraux et le constat est alarmant. Le rapport 2011 de la commission nationale anti corruption a ramené au gout du jour le gangstérisme financier des directeurs des sociétés publiques.

Une situation qui démontrait bien les limites de la lutte contre les détournements des biens publics et les faiblesses de l'opération épervier. Confirmant par la même occasion, la thèse soutenue par certains détracteurs de cette opération d'assainissement des mœurs publics, qui pensent qu'elle est à tête chercheuse ou encore, qu'elle soit une opération d'épuration des adversaires politiques du pouvoir en place. Si non comment comprendre que certains directeurs généraux, reconnus comme étant de mauvais gestionnaires devant Dieu et les hommes soient toujours en poste et continuent de piller la fortune publique sans être inquiétés.

Pour ceux qui l'ont été, cela n'a duré que le temps d'un battement de paupière et la situation est revenue à la normale. Parmi ces directeurs généraux. L'imbattable Charles Metouck directeur général de la Société Nationale de Raffinerie (Sonara). Celui là qui a réalisé l'exploit de brader 20 véhicules neufs au prix de 400.000F. Ses crimes économiques longtemps décriés par la presse nationale sont restés lettre morte devant la justice. Les 650 milliards noyés dans le projet d'extension de la raffinerie restent pour l'imagerie populaire un lointain souvenir. David Nkotto Emane actuel directeur général de la Camtel qui vibre au rythme de convulsions. La société est au bord du gouffre et tient sa survie par de nombreuses dettes contractées dans des banques étrangères.

Pendant ce temps son directeur général peut se payer le luxe de construire à lui seul une chapelle dans son village. Il a ainsi eu la malicieuse idée de faire porter à cette chapelle le nom du couple présidentiel. Très originale comme idée mais alors, offrir à Dieu un cadeau au moment où les personnes qui doivent bénéficier des retombées de la Camtel sont aux abois, est assez osé. Boniface Ngoa Nkou l'ancien directeur général de la Sic est sortie de la tête de ladite société la queue profondément enfouit entre les jambes. La société n'est plus que l'ombre d'elle-même aujourd'hui. Heureusement son passage devant le tribunal criminel spécial est désormais confirmé.

Le prophète Iya Mohamed l'indétrônable directeur général de la Sodecoton reste en poste malgré les dénonciations de la deuxième personnalité de la république le président de l'Assemblée nationale. La fédération camerounaise de football qu'il dirige depuis des décennies connait le même sort. Les lions indomptables du football sont engloutis dans les profondeurs du classement des meilleures nations du football. Ekindi Camille l'ancien directeur général du crédit foncier du Cameroun éjecter de son fauteuil en 2011 se la coule douce dans les salons feutrés de sa résidence.

Amadou Vamoulké directeur général de la CRTV est au centre d'un record jamais réalisé par ses prédécesseurs. Cet homme a réussi en un laps de temps à ruiner l'espoir qu'a fait naître Gervais Mendo zé de faire de cette chaîne de télévision nationale une entreprise où seul les talentueux doivent exercer. Aujourd'hui cette maison ressemble à un four tout où seuls les médiocres occupent les premiers rangs.

Quel paradoxe!

Les quatre autres mousquetaires que sont Mekulu Mvondo Akame de la CNPS, Tankam de l'autorité Aéronautique et Dayas Mounoumé ancien DG du port autonome de Douala, Owona Assoumou des ADC, n'ont pas fait mieux que ceux cités plus haut. Ils s'inscrivent dans la continuité des actions dont l'objectif non avoué est de mettre le Cameroun à feu et à sang à la suite de l'exaspération que le peuple sera tentée d'exprimer.

LES RAISONS DE LEUR NON CONVOCATION DEVANT LES TRIBUNAUX...

Comment ces responsables parviennent-ils à rester en fonction malgré les dénonciations et les preuves qui sont d'une véracité déconcertante prouvant leur implication directe dans la mise à sac des fonds destinés au fonctionnement des sociétés qu'ils dirigent? La question vaut son pesant d'or et est sur toutes les lèvres. Une source anonyme révèle que les auteurs de ces actes se seraient attachés les services des marabouts du terroir et ceux des pays étrangers à l'instar de l'Inde et du Burundi très réputés dans des pratiques mystiques et exotériques. Ce sont ces damiers qui brouilleraient les pistes devant les autorités compétentes chargé de leur interpellation.

La même source poursuit en affirmant c'est à coup de millions de francs CFA que ces derniers sont en poste ou alors ceux qui ont perdu les leurs restent étrangement en liberté. Pour faire passer inaperçu au-delà de l'intervention des marabouts, une certaine presse est financée à coup de millions pour polir leur image aux yeux de la population. C'est ainsi que des titres ventant les actions accomplies par ces derniers meublent les unes.

En plus leurs hommes seraient bien infiltrés au sein des services de renseignement où la moindre information à leur sujet est naturellement transmise avec fidélité. S'il est connu de tous que le président de la république qui pilote l'opération épervier est un homme lent dans la colère, l'opinion reste toute fois stupéfaite de la non interpellation des dignitaires cités plus haut pour répondre de leurs actes devant les tribunaux.

La grande interrogation qui taraude à présent les esprits est celle de savoir si les marabouts auront le dessus sur l'homme du 6 Novembre 1982 lorsqu'on sait, la pluie de bénédiction accordée à ce dernier par les populations des dix régions du Cameroun au lendemain de son investiture. Difficile de répondre par l'affirmative au regard des grands maîtres des pratiques mafieuses qui sont déjà derrière les verrous.

On peut ainsi citer Titus Edzoa, Emmanuel Gérard Ondo Ndong, Polycarpe Abah Abah... Comme le dit si bien un adage bien connu quelque soit la durée de la nuit, le soleil finira par apparaître. Attendons voir!

© LCN | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau