Musique: Chantal Biya prépare un album

La première dame Camerounaise prépare un album

chantal-biya.jpg

Musique: Chantal Biya prépare un album

Elle a décidemment plus d'une corde à son arc. Elle, c'est Chantal Pulchérie Biya, première dame du Cameroun, ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco, présidente fondatrice des Synergies africaines, présidente fondatrice du Cercle des amis du Cameroun (Cerac). L'on n'oublie pas la structure hospitalière qui porte son nom:Fondation Chantal Biya. Les Camerounais et les autres peuples du monde pourraient bientôt la découvrir dans une nouvelle dimension, celle d'artiste-musicienne humainement engagée. De sa voix, que l'on devine aisément suave et entraînante, pourraient sortir des appels à la fraternité,la solidarité et l'unité entre les peuples. Un véritable lyric à l'amour dans sa globalité. Selon nos informations, Mme Chantal Biya aurait composé un album qu'elle mettrait sur le marché sous peu. Cette «passionnée de l'humanitaire», comme la surnomme l'auteure Beatrix Verhoeven dans un ouvrage biographique, se serait convaincue qu'a la suite de ses actions caritatives, de ses discours de cœur, sa voix (angélique) sur un disque pourrait constituer un excellent plaidoyer pour l'entraide mondiale, la mobilisation contre les violences faites aux femmes et aux enfants, le soutien aux déshérités et la promotion d'un monde sans guerre, un monde de paix et d'amour comme elle en a toujours rêvé. On la voyait venir.

Depuis quelque temps, on a vu Chantal Biya repousser systématiquement les barrières protocolaires au point de monter sur scène, micro en main, comme un artiste. Une fois, lors de l'Assemblée générale du Cerac, elle a pris tout le monde de court en interprétant, en live, la célèbre chanson «Nlem» du très pieux John Duchant. Une deuxième fois, le 08 mars dernier à l'hôtel Hilton, la première dame a remis ça.Alors que personne ne s'y attendait, elle a gratifié ses invités d'une reprise très réussie de «Nlem», laissant baba son auteur, invité à se produire au cours de la même cérémonie. Il ne s'est pas trouvé beaucoup de personnes parmi ses convives, et même en dehors, pour deviner que cette dame qui fait honneur à tout un pays, le Cameroun, essayait là ses habits d'artiste sur scène. Que dire de son indécrottable admiration pour les artistes, tels Anne-Marie Nzié, Wess Madiko, les Takam II, Marthe Zambo, les Gospels? Mme Biya a toujours mis un point d'honneur à ouvrir les portes de la présidence de la République aux artistes du cru, lors des cérémonies dont elle est hôte Qu'elle ait apparemment aujourd'hui attrapé le virus de la musique, pas n'importe laquelle, celle de l'esprit,ne surprendrait pas grand monde. Des producteurs aux aguets.

De son Angleterre natale, un producteur de musique a composé le numéro de votre journal pour «vérifier» de lui-même si «c'est vrai que la première dame du Cameroun prépare un disque». Il l'aurait appris d'un de ses grands amis, artiste-musicien de son état et réputé proche de la première dame. Possible! Les rumeurs ne venant plus d'en bas ces temps au Cameroun. Il est évident que pour ses premiers pas dans la musique, Mme Biya se serait très discrètement associée les services d'un ou de plusieurs professionnels du chant, puis des auteurs-compositeurs et d'artistes-musiciens de renom pour les travaux à Etoudi ou, plus pratique dans un studio d'enregistrement. Le succès commercial en cas de sortie effective de l'album n'est pas à douter, il n'y a qu'a voir les matchs secrets que se livrent pour l'avoir les producteurs américains, anglais, français, Nigérians, Sud-africains.., parmi les plus importants du monde.

Toutefois, il sera essentiel de ne pas occulter cette donnée: cet album, au cas où il est une réalité, sera le message d'une mère qui a choisi d'élever sa voix pour chanter l'avènement d'un monde sans peur, sans haine, sans famine et sans racisme (Chantal Biya est de père français et de mère camerounaise). Que perdrons-nous à faire de la terre un paradis? Chantal Biya: Une dame au cœur grand comme un fleuve Depuis son arrivée à Etoudi en 1994, Chantal Pulchérie Biya a multiplié les actions caritatives: la fondation Chantal Biya offre de nombreux cadeaux lors des fêtes aux déshérités, et est la tête de front de la lutte contre la prolifération du VIH/SIDA. Chaque année, les victimes de la catastrophe de Nsam (1998) retrouvent le sourire grâce à l'illustre épouse de Paul Biya. De milliers d'autres déshérités trouvent du soulagement grâce à sa générosité. Celle-ci fait office auprès d'eux de mère, de femme de cœur. Déjà «toute petite, Chantal Vigouroux avait déjà la main sur le cœur», écrit la journaliste franco-belge Beatrix Verhoeven. Passons. La fille de Robert Vigouroux et Rosette Ndongo crée la Fondation Chantal Biya en 1994. Depuis cette Fondation, elle aide au quotidien les victimes des calamités naturelles ainsi que les démunis et déshérités à travers les différents centres d'accueil pour lépreux, aveugles, sourds-muets, handicapés moteurs, orphelins, enfants abandonnés et vieillards.

La Fondation Chantal Biya est reconnue d'utilité publique au Cameroun en 1999. Elle bénéficie également du statut consultatif spécial du Conseil économique et social des Nations Unies. Par ailleurs présidente-fondatrice des Synergies africaines, présidente du Cercle des amis du Cameroun, l'épouse du président de la République associe spontanément son nom à tous les grands combats sociaux du Cameroun et de l'Afrique. C'est en récompense de l'ensemble de son œuvre qu'elle est nommée ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco, le 14 novembre 2008. Loin de dormir sur ses lauréats, Chantal Biya est plus que jamais active dans l'humanitaire. Une vraie passionnée. La première dame est aussi présente sur le plan de l'entrepreneuriat et de l'associatif. Ses multiples actions dans ce sens lui ont valu la distinction US Doctor for Africa. Le sport n'est pas reste chez cette dame dynamique. Depuis 2001, une course cycliste, le Grand Prix Chantal Biya porte son nom.

Epouse du président camerounais depuis le 23 avril 1994, elle ne s'économise point de lui apporter sa modeste touche féminine, ainsi que sa vision maternelle des choses. Nul n'en conteste, Paul et Chantal Biya offrent agréablement l'image d'un couple soudé, uni et profondément attaché aux valeurs chrétiennes. Le mari, dans la discrétion qui le caractérise, apporte à sa femme toute l'aide dont il est capable. La femme, elle, accepte volontiers à tout moment d'être aux côtés de son mari, lui apportant ainsi une chaleur et un soutien des plus souhaités. Dans un environnement international de moins en moins sûr, ensanglanté par des conflits aussi récurrents qu'atroces, Paul Biya assure au complexe bateau Cameroun, une navigation stable et paisible sur les eaux fluctuantes du monde, en direction du port de l'émergence économique. Derrière ce capitaine d'exception qu'est le président de la République, se cache également une grande dame: Chantal Biya. Grande par le cœur. Grande par l'humilité. Thierry Djoussi Une histoire: Chantal Biya vue par Luc Montagnier Etre Première Dame du Cameroun, ce pourrait être simplement accepter une vie de représentations officielles et d'animation de quelques bonnes œuvres. Etre Première Dame du Cameroun, ce pourrait être simplement accepter une vie de représentations officielles et d'animation de quelques bonnes œuvres. Mais Madame Chantal Biya a une bien plus grande ambition, celle de tout faire pour soulager les souffrances d'autrui. C'est ce que raconte le livre que lui consacre Beatrix Verhoeven.

Sa haute position ne l'a pas changée; bien au contraire, elle l'a mise à profit pour faire beaucoup plus. Ainsi a-t-elle créé la Fondation Chantal Biya, une institution qui apporte des soins gratuits à des orphelins atteints de graves maladies, dont le cancer et le sida, et qu'elle visite régulièrement. L'histoire peu connue du CERAC (Cercle des Amies du Cameroun), associant les épouses des hautes personnalités du Cameroun, du corps diplomatique, les femmes leaders... est également décrite, ainsi que la création plus récente de Synergies Africaines, une organisation non gouvernementale fédérant les activités des Premières Dames du continent africain. Cette association que Madame Chantal Biya a créée a récemment célébré au Niger son 5e anniversaire. Enfin, j'ai eu moi-même l'honneur de rencontrer la Première Dame du Cameroun, notamment à l'occasion de la création du Centre de Référence et de Recherche Chantal Biya. Ce centre a pour but, comme celui créé par notre Fondation en Côte d'Ivoire, d'associer la recherche de haut niveau sur le sida et la prévention par l'information et l'éducation. J'ai donc pu apprécier en direct tout ce que décrit ce livre. Extrait de la préface du Professeur Luc Montagnier, Président de la Fondation Mondiale Recherche et Prévention sida.

Mamouda Labaran | La Météo

Commentaires (2)

1. kameni patipe adrien (site web) 23/03/2015

a tous les camerounais disons non au boko haram et oui a la paix au Cameroun

2. kameni patipe adrien (site web) 23/03/2015

a tous les camerounais disons non au boko haram et oui a la paix au Cameroun

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2012