Compte-Rendu Analytique. Revenge Porn: Eto’o Fils Samuel contre les Editions du Moment

Cet après-midi, à Paris, Samuel Eto’o Fils, ou du moins ses avocats, puisqu’il n’était pas présent, faisaient face aux Editions du Moment, en appel. En première instance, le tribunal avait simplement interdit la diffusion du livre-autobiographique et de sensibilisation, Revenge Porn, selon l’auteure Mme Nathalie Koah et la maison d’éditions.

Dans l’antre de la Cour d’Appel de Paris, dans la salle d’audience Muraire, 14e chambre, se tenait donc le procès en appel. En effet, les Editions du Moment avaient interjeté appel, après le jugement rendu par une juridiction du premier degré, qui interdisait le livre de Mme Nathalie Koah.

muraire

 

La plaidoirie de Me Pardo (Editions du Moment)

Après l’entrée de la Cour, le premier à s’exprimer fut Me Prado, avocat des Editions du Moment. Dans sa plaidoirie, il insista sur la liberté d’expression, évoquant tour à tour l’article 9 du code civil sur la présomption d’innocence, tout en posant les bases du livre, qui, pour lui, ne relatait qu’un récit certes personnel, mais aussi, de deux personnes à un moment donné de leur vie. Il évoqua aussi le droit à l’information, relevant que l’affaire était déjà traitée dans la presse depuis belle lurette.

Au-delà de tout ceci, précisa-t-il, évoquant les précédents des footballeurs comme Benzema, Ribery ou Aurier, il insista sur l’exemplarité face à l’intérêt que ces stars suscitent, avec leur notoriété. Ils doivent être des modèles. Pour appuyer encore son propos concernant la liberté d’expression, il a ensuite présenté des faits similaires de tentative d’interdiction, avec l’un des exemples relevés par lui, le livre de l’idylle entre Dominique Strauss-Khan et l’auteure Marcela Iacub,  Belle et Bête. Parlant de jurisprudence, il mit en garde la Cour de ne pas jouer les censeurs mais de dire le droit et de protéger la liberté d’expression sinon, interdire un livre serait une grande première en France.

Le show de Me Kuster (Eto’o)

L’ex international camerounais et ex capitaine des Lions Indomptables du Cameroun, Samuel Eto’o Fils, était defendu par Me Kuster et Me Mbayen. C’est Me Kuster qui prit la parole après Me Pardo. L’avocae de M. Eto’o allait demander pour son client, une protection minime. Elle accusa la publication de « gravissime atteinte à la vie privée » de son client.

Pour elle, la liberté d’expression ne signifiait pas que l’on pouvait tout dire. « De quelle liberté s’agit-il? », interrogea-t-elle. Pour elle, le livre Revenge Porn ne fait que 30 pages, qui font les 2 premiers chapitres. Ensuite, selon elle, de la 30e à la fin du livre, il ne s’agirait que d’Eto’o, d’Eto’o, et encore d’Eto’o. Elle relata une partie du livre où Mme Koah affirme qu’elle a révélé elle-même l’existence de leur relation sur Facebook…

Ensuite, elle se lança dans des contrevérités indicibles avec un aplomb incroyable pour émouvoir les juges. Elle insista sur une supposée relation « extra-conjugale », ce qui est forcément faux, car, ce n’est que lorsque les tourtereaux se sont séparés que M. Eto’o a convolé avec sa femme actuelle. Elle alla jusqu’à dire qu’il fallait protéger les enfants de la star qui vivent à Paris. Une autre contrevérité puisque ceux vivant à Paris sont illégitimes…

Le jugement a été mis en délibéré pour le 26 février prochain, à 14h…La décision sera donc définitive.

MamAfrika TV | Par Allain Jules
http://www.mamafrika.tv/blog

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau