Colère sociale: Les travailleurs de la Sitrafer perturbent le trafic ferroviaire

D’après la circulaire datant du 06 juillet 2012 relative au climat social qui règne à la société des travaux ferroviaires (SITRAFER), Le ministre du travail Grégoire Owona avait au cours d'une réunion de concertation, prescrit au nom du gouvernement à la direction générale de la sitrafer, de payer en totalité les arriérés des travailleurs qui oscillaient autour de six à neuf mois de salaire, selon la catégorie professionnelle.

Prescription qui vraisemblablement ne sera pas suivit, puisque très tôt ce matin, les cris des grévistes se font entendre sur la voie ferrée avec en tête de liste le président national des travailleurs de la maintenance ferroviaire Vincent Melingui qui, joint au téléphone a indiqué que le mouvement va continuer tant qu’on ne tiendra pas compte de leurs revendications ci-dessus citées.

Selon le communiqué final de la réunion de concertation entre la société et le gouvernement, l’autorité compétente a obtenu de la direction générale de la sitrafer, un mois de salaire le mardi 02 octobre 2012 afin que les employés subviennent aux besoins sociaux urgents et un délai de 45 jours a été donné au conseil d’administration pour régler tous les rappels. Cette contrainte reste encore dans les écrits.

© Hugues BOSSOKEN | Correspondance

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau