Ces hommes devenus Panthères

Ces hommes devenus Panthères

Cameroun-online.com |  

 

L’imagerie populaire tend à penser que si un homme se comporte d’une certaine manière c’est à coup sûr lié à d’une femme. En d’autres termes, « les panthères ont rendu la vie difficile aux filles bien ». Il serait donc mal vu de ma part de commencer à rééduquer les hommes, « ces tigres devenus panthères », sur les manières d’aborder une jeune fille, sans préalablement redonner à certaines leur dignité. Mais voilà chaque chose en son temps.

Après maintes réflexions, j’ai fini par comprendre que « décoder » un homme passe par la détermination préalable de sa nature. C’est pour cette raison que je me suis plongée dans une kyrielle de recherches, espérant désespérément cerner la quintessence de son fonctionnement et les raisons qui motivent ses agissements. Après un périple exténuant bondé d’embuches, j’ai atterri sur un article résumant à merveille les plus longues études et expérimentations sur le sujet. Je n’avais alors qu’à retenir les deux catégories d’hommes par lesquelles serait attirée la gent féminine :

  • D’une part, le « mâle Alpha », défini comme sexuellement attirant mais ayant une peur bleue de s’engager dans une relation à long voire moyen terme
  • D’autre part, le « mâle Béta » qualifié de bon partenaire sur le long terme mais ayant un physique ingrat

Les plus perspicaces s’en sont déjà rendu compte, je présume : cette théorie ne saurait s’appliquer au Cameroun quand on sait qu’il y existe 3 types d’hommes : Les riches, les pauvres et les jongleurs. En fonction de son appartenance à chaque catégorie, le camerounais typique est susceptible d’être encore plus insupportable.

La suite de cet article peut contenir des informations choquantes, alors âmes sensibles s’abstenir. 
De même toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé est purement fortuite et de l’ordre la coïncidence ou du hasard.

Nous commercerons par les riches. Très souvent convaincus que le poids de leur poche pourrait soulever des montagnes, ils s’auto-déclarent inaptes aux efforts basiques de politesse et de romantisme. Exempts de drague, ils sont convaincus que les meilleurs plans et sorties doublés des plus beaux cadeaux réussissent à leur donner un pouvoir ascendant sur toute femme suscitant leur intérêt. Je tiens à préciser que la notion de meilleur reste subjective dans ce cas, car très souvent  pingre et égocentrique, l’homme riche ne voit pas plus loin que le bout de son nez, se prenant pour une référence aussi incontournable qu’indéniable. Seules les activités récréatives dont il est le centre l’intéressent, sa compagne du moment n’étant destinée qu’à relever sa splendeur.

Les pauvres quant-à-eux migrent généralement vers deux pôles : les aigris et les religieux passionnés. Les aigris n’aiment rien. Jaloux de tout, ils attribuent leur malheur à toute espèce qui aurait la malchance de s’approcher d’eux. Ce sont des vraies bombes à retardement. Dans une relation les cadeaux n’ont pas lieu d’être. S’ils se saignent pour donner une ration minable à leurs conjointes, alors elles leur doivent tout : Obéissance, soumission, honnêteté, fidélité, vie... D’ailleurs si passer la totalité de leurs journées et nuits dans des bars contribuent à leur bonheur, leurs conjointes devraient le comprendre. Le cas échéant, elles se verront automatiquement affublées de coépouses bien plus compréhensives et apathiques. Parlant des religieux passionnés, plutôt que d’en vouloir au monde entier, ils essayent d’accepter dignement leur situation se persuadant qu’il s’agit de la volonté de Dieu. Contrairement aux riches, ils ont une place au paradis. Il est primordial de relever ici que cet état d’esprit finit la plupart du temps  par les pousser à se complaire dans leur situation délicate, refusant systématiquement de se donner les moyens d’en sortir. Toutefois en toute hypocrisie, ils feignent de mener une vie simple et paisible auprès de leur conjointe et enfants sans excès ni déboires tout en rêvant d’une vie plus pétillante.

Le meilleur pour la fin, la catégorie qui me fascine : les jongleurs ! Cela ne fait aucun doute, les individus appartenant à cette catégorie vibrent sur une fréquence bien distincte de celle du reste de la planète. Ces spécialistes du faux misent tout sur les apparences et la première impression pour parvenir à leurs fins. C’est ainsi qu’après avoir minutieusement choisi sa cible, le jongleur lui fait croire qu’il est issu d’un milieu aisé. D’ailleurs, il s’attèle à  le prouver aux premières rencontres grâce à des sorties dans des lieux chics finement sélectionnés, lui-même élégamment vêtu et paré des accessoires les plus huppés du moment. Il porte son coup final en l’emmenant dans des appartements luxueux appartenant à des personnes de son entourage tout comme les belles cylindrées qu’il conduit avec ostentation. Les idylles avec leurs proies, sont généralement très courtes et s’achèvent brutalement. Ayant un métier attrayant et respectable, sa pseudo activité professionnelle (généralement libérale) connait très vite des soucis qu’il déclarent ponctuels ou conjoncturels, qui nécessiteront  invariablement l’appui financier, matériel et même moral de la victime. Sans le savoir, elle se retrouve alors en train de financer les nouvelles conquêtes de son partenaire. Dès lors, deux issues sont possibles : la femme découvre le pot aux roses et met un terme à la relation ou alors le jongleur ne la trouve plus assez bien pour lui et écourte le flirt.

Comme je l’ai spécifié au début, chaque femme a une grosse part d’influence dans le comportement d’un homme. Alors s’il est bien vrai que la plupart des Camerounais n’arrivent plus à traiter courtoisement et affectueusement la gent féminine, c’est en parti dû au comportement indigne de certaines, qui contribue à coller une étiquette péjorative aux femmes camerounaises.

Queen Cy' kiss

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau