Campagne électorale - Médias: Une centaine d'émissions suspendues

 

Le Ministre de la Communication a signé une décision à ce sujet le 13 septembre dernier.

C'est près de 48 médias qui vont voir certaines de leurs émissions suspendues pendant deux semaines, le temps de la campagne électorale en vue des élections municipales et législatives 2013. Les émissions ici suspendues sont celles à connotation politique. Aucun media n'échappe à cette restriction, média public comme média privé. Ainsi donc du côté de la Cameroon radio télévision (Crtv), des émissions telles que Dimanche Midi; Politude; Thermostat; Scènes de presse; Présidence actu (version française et anglaise); Actualités hebdo; Par ici le débat, pour les plus connues sont inter¬rompues. Les auditeurs devront donc se priver le temps de deux semaines de la chronique d'Alain Belibi, «signe de temps» diffusée tous les dimanches dans Dimanche midi ou des questions impertinentes de Chetah Bilé, la présentatrice de Politude.

 Du côté des médias privés comme Canal 2 international, Canal presse, Tous à l'antenne, L'arène pour les plus en vogue ont pris congé du public. Pour le groupe Equinoxe, Droit de réponse et Une semaine, un dimanche sont suspendus. Spectrum television (Stv) devra également pendant les deux semaines à venir suspendre la diffusion des émissions Cartes sur table.

Entretien avec et 7 hebdo. Dans la décision de Issa Tchiroma Bakary, il est également mentionné que quelque soit les thèmes ou sujets abordés, les émissions interactives n'ont plus droit de cité pendant les quatorze prochains jours. Quant aux veinards qui auraient en tête de changer la dénomination de l'émission tout en gardant le contenu de l'émission suspendue, le Ministre de la Communication les met en garde.

Même si cette décision de Issa Tchiroma n'est pas une première, certains hommes de média n'ont pas favorablement accueilli la décision. Une rediffusion de l'émission Entretien avec... de Thierry Ngogang sur Stv a été diffusée dimanche dernier à l'horaire habituel. Radio Tchemeni Siantou (Rts) quant à elle a diffusé dimanche dernier l'émission Zappresse, un des programmes suspendus de ce média. Le présentateur joint au téléphone a prétexté que la décision du Ministre est tombée dans la soirée du dimanche alors que son émission est diffusée en matinée, il ajoute à sa décharge que Albert Mbida, inspecteur général au Ministère de la Communication était présent sur son plateau et il n'a pas fait mention de cette décision. «Si Jean Bruno Tagne du Conseil national de la Communication n'était pas occupé, lui aussi il aurait été présent à l'émission», conclut Calvin Blaise Ntonga. Martinez Zogo, le présentateur attitré de l'émission Embouteillages diffusée sur Amplitude Fm qui a aussi été suspendu, avoue ne pas totalement être contre cette décision De Issa Tchiroma.

Mais pour lui, il aurait été de bon ton que le Ministre de la Communication se concerte au préalable avec les membres du Cnc. Selon l'animateur, cette démarche n'aurait pas été faite. Il ajoute que «J'ai même un peu de mal à comprendre pourquoi mon émission a été suspendue, elle n'a rien de politique où bien c'est parce que de temps en temps j'invite le politicien Charles Ateba Eyene». Du côté du Ministère de la Communication, l'on se prévaut du fait qu'une telle décision émane en réalité du souci des autorités en charge de la Communication du pays de garantir l'équité pour toutes les parties prenantes à ces élections à travers des émissions spécialisées.

© AICHA NSANGOU (STAGIAIRE) | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau