Cameroun: Verbatim des câbles Wikileaks sur Paul Biya et l'armée

Les services consulaires ont demandé une audience de 15 minutes au Président camerounais Paul Biya pour le compte de l'Ambassadeur.

paul-biya-nev-011o-hp-475.jpg

LA PROCLAMATION 7750

2. (C) Les services consulaires ont demandé une audience de 15 minutes au Président camerounais Paul Biya pour le compte de l'Ambassadeur. L'Ambassadeur a émis le souhait que cet entretien soit relativement discret et ne s'accompagne pas de la couverture médiatique qui entoure habituellement les entretiens accordés Par Paul Biya. L'Ambassadeur a rappelé à Biya leurs conversations antérieures concernant l'engagement politique de USG dans la lutte contre la corruption s'appuyant sur notamment la Proclamation présidentielle 7750, qui instruit au Département d'État à refuser le visa d'entrée aux USA des officiels corrompus et ceux qui les corrompent. Sans plus d'explications, l'Ambassadeur a déclaré qu'elle voulait informer Biya que les USA avait récemment inscrit un membre actuel du gouvernement de Paul Biya dans la liste des personnes interdites de voyages aux États-Unis et en l'avertissant que cette décision pourrait être connu par l'opinion publique.

LE SUSPECT PROBABLE

3. (C) Peut-être parce que beaucoup de conversations précédentes avaient évoqué la corruption du Ministre délégué à la Défense, Biya a spontanément identifié Ze Méka comme cible probable, en disant: «Je ne suis pas surpris. Il est si mauvais». Biya a confessé à notre stupéfaction que Ze Meka est apparemment insatiable de cupidité. «Il a tellement volé lorsqu'il qu'il était Secrétaire général des services du Premier Ministre; on aurait pu penser que ça lui suffisait », s'est-il exclamé. Puis il continua en disant à l'Ambassadeur que les Actions de USG le forçaient à accélérer ses plans.

LES PROBLÈMES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ

4. (C) Biya s'est demandé à voix haute qui il pourrait désigner pour remplacer Ze Meka, se plaignant qu'il y avait une pénurie de candidats compétents et digne de confiance. Biya a exprimé un niveau élevé de confiance dans l'actuel Ministre de la Justice et Vice-Premier Ministre Amadou Ali, ancien Ministre de la défense à la fin des 1990, et à qui il songeait pour occuper Ministère de la Défense à nouveau. Biya a dit qu'il était conscient des problèmes au sein de l'armée régulière, y compris des frustrations de plus en plus grandes causées par les responsabilités et les ressources grandissantes confiées au Bataillon d'Intervention rapide (BIR) qui fonctionnent sous les ordres directs de Biya, indépendant de l'armée régulière. Biya a déclaré que sa décision de donner le contrôle de la péninsule de Bakassi au BIR rend le Nord du Cameroun plus vulnérables aux actes de banditisme depuis le départ du BIR de cette partie du pays.

© Repères

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau