CAMEROUN / Vaccin contre Ebola : Mama Fouda veut 400 cobayes

 

Interrogé sur le sujet devant l’Assemblée nationale, le Minsanté a indiqué que tel était l’engagement du Cameroun devant l’Oms.

 

 

La deuxième séance plénière consacrée aux questions orales de la session de novembre en cours s’est tenue vendredi dernier à l’hémicycle de Ngoa-Ekelle. Cinq ministres sont passés devant le pupitre de l’Assemblée nationale. Il s’agit, entre autres, du  ministre délégué à la présidence de la République chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, du ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé des Relations avec le monde islamique, du ministre des Travaux publics et du ministre de la Santé publique, particulièrement attendu par Joseph Mbah Ndam.

André Mama Fouda est en effet interpellé par le  député Sdf (Social Democratic Front), par ailleurs vice-président de l’Assemblée nationale. Ce dernier souhaitait en savoir plus sur les essais cliniques du vaccin contre la maladie à virus Ebola, qui sont effectués sur des personnes volontaires au Centre Pasteur de Yaoundé et à l’hôpital régional de Bamenda. Il y a trois semaines, on comptait déjà 124 cobayes, dont 24 à Yaoundé.

Le député Mbah Ndam, originaire du Nord-Ouest, demande au ministre de la Santé publique de présenter à la Représentation nationale les caractéristiques du vaccin querellé. Lesquelles doivent inclure l’année et les personnes qui l’ont découvert. Le ministre est également inviter à énumérer les pays où ces essais cliniques se sont déjà déroulés et les résultats obtenus par le laboratoire qui en est le commanditaire.

De même, le Minsanté est appelé à s’expliquer pourquoi le gouvernement a autorisé ces essais cliniques au Cameroun alors qu’aucun cas de maladie n’a été déclaré dans le pays.  « Pourquoi autant de secrets autour de ce vaccin », interroge Mbah Ndam. Le parlementaire ira plus loin en demandant au Minsanté de savoir pourquoi ces essais cliniques ne sont pas pratiqués sur « les populations de la région Sud et sur les peuples de la forêt ».

L’avocat de profession fonde sa préoccupation sur la campagne médiatique nationale qui visait à protéger les populations lorsque ce virus faisait alors rage en Afrique de l’Ouest.  Pour Mbah Ndam, il avait été demandé à ces derniers  « de ne pas consommer de la viande de brousse parce que certains animaux sauvages étaient vraisemblablement porteurs de virus ».

 
Les préoccupations du député Sdf arrivent au  moment où les populations de Bamenda contestent cette opération et ne veulent plus servir de cobayes. D’aucuns se souviennent encore du scandale causé par l’essai clinique du vaccin Tenofovir, contre le virus du Sida, réalisé sur un échantillon de prostituées dans la ville de Douala, il y a quelques années. Attendu en séance de questions orales ce jour, Mama Fouda devrait aussi défendre ce vendredi devant la commission des finances et du budget le budget 2016 de son département ministériel.

Aux préoccupations du député Sdf, André Mama  Fouda, va répondre en neuf points. Le ministre Santé a indiqué que les essais cliniques du vaccin contre la maladie à virus Ebola, réalisé par la laboratoire américain Gsk, doit être testé sur 3000 volontaires résidents au Cameroun, au Nigeria, au Ghana, au Sénégal et au Mali. Des pays qui n’ont jamais connu des cas de maladie. « A ce jour 2820 volontaires  ont déjà été vaccinés dans ces pays. Pour atteindre le quota de ce laboratoire, il reste moins 250 sujets. Au Cameroun, qui selon l’Oms était un pays à risque, on a pris l’engagement pour 400 personnes âgées de plus de 18ans »,  explique le Minsanté. Et de poursuivre : « je rassure les populations de Bamenda que ce vaccin n’est pas contagieux, parce qu’il est fabriqué sur la base d’une seul protéine sur les sept que compte le virus. Ce vaccin, dont ses essais cliniques sont à la phase II n’inocule pas la maladie ».

En dehors de Mbah Ndam, le député Rdpc Paul Danata va interpeller le Consupe sur le contrôle budgétaire et le Minrex sur la non-délivrance du passeport diplomatique à certains députés. Quant au député Sdf Awudu Mbaya, il devrait interroger le Mintp sur l’état de dégradation du tronçon routier allant du pont d’Ebebda à Bamenda.

© Mutations : Pascal Dibamou
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau