Cameroun : Une ONG dénonce l'opacité dans la gestion du pétrole

petrole150908275.jpg

Le Revenue Watch Intitute (RWI), ONG américaine qui milite pour une gestion transparente des ressources naturelles, a estimé mercredi dans un communiqué que le Cameroun était "défaillant" en matière de bonne gouvernance du secteur pétrolier.

L'ONG a publié mercredi son rapport 2013 sur la gestion des ressources naturelles dans lequel "le Cameroun est classé 47e sur 58 pays (étudiés dans le monde)" ce qui le place au rang de pays "défaillant", indique l'organisation. "Malgré des progrès en matière de transparence, les Camerounais n'ont toujours pas accès à l'information dont ils ont besoin pour s'assurer qu'ils reçoivent une part équitable de la richesse issue des ressources naturelles de leur pays" alors que "l'Etat dépend de l'industrie pétrolière et gazière pour un quart de son budget", affirme l'ONG dans son rapport.

"L'indice de gouvernance des ressources naturelles, élaboré par le Revenue Watch Institute, mesure la qualité de la gouvernance des industries pétrolières, gazières et minières de 58 pays", explique-t-elle. L'ONG note que "le processus d'octroi de licences est opaque (...) Le Cameroun ne publie pas les termes des contrats pétroliers (comme le font certains pays africains), ce qui empêche une saine concurrence et laisse penser que les Camerounais n'obtiennent pas les meilleurs conditions possibles dans les contrats passés avec les compagnies pétrolières", rapporte l'ONG. "Il y a peu de mécanismes de contrôle sur la Société nationale des hydrocarbures (SNH) qui est à 100% publique" et collecte "l'essentiel des ressources pétrolières de l'Etat", selon l'ONG pour qui "seule une partie des recettes pétrolières du Cameroun parvient au Trésor public".

Enfin, "la SNH ne publie pas de rapports financiers complets qui répondent aux standards internationaux", estime le RWI. La production pétrolière du Cameroun qui était de 181.000 barils par jour en 1985, a fortement décru pour atteindre 60.400 barils par jour en 2011 en raison de l'épuisement des réserves, selon le RWI.

© Source : afrika7.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau