Cameroun : Un chef traditionnel de Yaoundé lâche Paul Biya

mrc-logo130213223.jpg

Sa Majesté Effa Biloa, chef coutumier de Mvog-Betsi du clan Mvog-Tsoung Mballa a décidé de rejoindre le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), claquant ainsi la porte au Rassemblement démocratique du peuple Cameroun (Rdpc) qu’il a servi pendant plus de 30 ans.

C’est dans un petit hôtel situé au quartier Madagascar à Yaoundé, que le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) a d’abord convié les hommes de médias pour cette conférence de presse donnée hier, mercredi 10 avril 2013. Les journalistes dans leur majorité, ont alors pensé à une déclaration de ce jeune parti politique, relative aux élections sénatoriales du 14 avril prochain. Mais une fois devant l’hôtel, les invités ont été orientés vers une chefferie traditionnelle bien connue située à un jet de pierre de là.

Il s’agit de la chefferie Mvog-Betsi du clan Mvog-Tsoung Mballa de l’Arrondissement de Yaoundé II. Nous sommes là dans un terrain acquis à la cause du parti au pouvoir depuis de longues années. Mais à mesure que l’on approche, ce sont curieusement les militants du parti de Maurice Kamto qui vont et viennent. Et dans le salon de sa majesté Effa Biloa, le maître des lieux, des responsables du Mrc sont installés, des journalistes aussi. Tous écoutent religieusement le chef coutumier, qui fait une déclaration politique.

«...compte tenu de ce qui précède, du reste très loin d’être exhaustif, dans mon retranchement intime, après une longue méditation soutenue par l’impulsion d’une cogitation rigoureuse, je me suis résolu de quitter la formation politique de ma jeunesse, le Rdpc,…En outre, il est important de dire que je ne me retire pas de la politique…Je la ferai par vous, avec vous et pour vous. Mais dans une formation politique qui travaille au développement de la conscience nationale, du brassage des communautés, et de l’intégration nationale. Qui œuvre pour le respect des différences, des opinions contraires et de l’adversité.

Mes responsabilités sociales et ma trajectoire personnelle m’y font obligation. Dans cette perspective, les dispositions contenues dans la charte du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) rencontrent mes aspirations. Ce parti est porteur d’espoir pour notre pays… » Proclame ce désormais membre du Mrc, par ailleurs président général de l’association des chefs traditionnels de Yaoundé II et premier vice-président de l’Association des chefs traditionnels du Mfoundi (Actram). Cet homme visiblement très rigoureux dans sa démarche politique, dit avoir bon espoir que ceux qui lui ont toujours fait confiance dans les différents combats politiques, le rejoindront dans cette formation politique qui ouvre des horizons prometteurs au peuple camerounais.

« J’ai mes raisons »

Les motifs ayant fini par faire déterminer cet ancien conseiller municipal de la commune d’arrondissement de Yaoundé II à claquer la porte du parti des flammes sont nombreuses. Aujourd’hui âgé de 56 ans, S.M. Effa Biloa indique que « les principes fondamentaux de base qui régissent le fonctionnement du Rdpc, à savoir l’unité, le progrès et la démocratie sont sans cesse foulés aux pieds par des individus venus de partout et de nulle part ».

Pour avoir été président de cellule et président de la 4ème sous section du parti au pouvoir dans l’arrondissement de Yaoundé II, le chef Effa Biloa estime que « la démocratie si chère au président national est gangrenée au sein du parti par le clientélisme, la corruption, et l’achat des consciences. Les militants de base dans leur immense majorité son clochardisés. Réduits à la mendicité, ils n’ont plus d’autre choix que de dérouler le tapis rouge aux médiocres et ceci au détriment des valeurs sures », explique ce militant démissionnaire du Rdpc, qui ajoute : «...Jadis, notre formation politique fut le creuset où l’on retrouvait le gratin de l’intelligence de la République.

Il n’est plus guère qu’une embuscade bondée de mythomanes, des prédateurs vigilants et assoiffés. Des gangsters sans foi ni loi ont pris en otage le parti qui leur sert en fin de compte de passerelle pour atteindre des buts égoïstes et nombrilistes via la gabegie et la prévarication ».

A la question de savoir s’il n’a pas peur des représailles, le tout nouveau camarade politique du Mrc n’hésite pas d’assumer son acte. « J’ai mes raisons, je les assume. Non sans avoir pris la mesure de l’ensemble des conséquences. C’est un engagement et j’en prends la responsabilité historique », conclu-t-il. Au sein du Mrc, cet acte est très bien accueilli. « C’est un acte très important pour la vie d’un parti politique. Nous sommes rassurés que la série va se poursuivre car à mesure que le temps passe, les Camerounais comprennent que le Mrc est un parti d’avenir pour le Cameroun », clame Alain Fogue Tedom, le secrétaire national adjoint, chargé des finances du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). Signalons que le clan Tsoung Mballa est l’une des grandes familles du département du Mfoundi.

© Le Messager : Joseph Flavien KANKEU

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau