Cameroun - Tribunal Criminel Spécial - Détournement à la CNPS: Le tribunal rejette la mise en liberté de Pierre Désiré Engo

L’audience criminelle spéciale avait une seule affaire inscrite au rôle du jour. Elle était assez courue. L e tribunal devait rendre sa décision sur la demande de mise en liberté sous caution introduite per Engo Pierre Désiré.

Pierre desire engo1

La demande a été formulée le 13 mars 214. Mais, le délibéré initialement prévue à l’audience du 17 mars a été prorogée. On doit relever qu’entre cet intervalle de temps, la composition du Parquet général avait changé. Cependant, Il a suffi d’une dizaine de minutes au tribunal pour vider le délibéré. Le représentant du Ministère public dans ses réquisitions intermédiaires s’en est remis à la sagesse du tribunal. Aussi, le suspens a été de très courte durée. Le Président après la lecture des minutes, le tribunal dans sa formation collégiale a rejeté la demande de mise en liberté sous caution sollicitée par Engo.

En prenant cette décision de rejet, le tribunal s’est conformé strictement aux textes en vigueur. Notamment, l’article 224 (2) du Code de procédure pénale sur la mise en liberté sous caution qui dispose : «Toutefois, les dispositions du présent article ne s’appliquent pas aux personnes poursuivies pour détournement de deniers publics passibles de l’emprisonnement à vie ou de la peine de mort».

Or, l’ordonnance du 21 Août 2012 qui renvoi Engo devant la justice l’accuse du détournement de deniers publics de la somme de 25.000.000.000Fcfa. La somme présumée détournée appartenait à l’Etat du Cameroun, à travers la Caisse nationale de prévoyance sociale. La somme querellée était domiciliée à la banque Crédit lyonnais de Paris. L »accusé Engo 73 ans, comme né en 1941 à Ebolowa, région du Sud Cameroun, est placé sous mandat de dépôt (MD) depuis le 15 février 2005 dans la nouvelle procédure en cours. Il a été précédemment condamné en 1999 à 20 ans d’emprisonnement ferme dans une autre cause. L’audience a été suspendue. Elle reprendra le 10 avril 2014 pour comparution et audition des témoins

© Charles-Olivier Mbami | La Nouvelle Expression

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau