Cameroun: Six Camerounais égorgés par des adolescents de Boko Haram

Ces jeunes terroristes étaient restés au Cameroun alors que leurs parents avaient rejoint, depuis plusieurs mois, les rangs du groupe armé au Nigéria.

Six civils camerounais ont été égorgés par des adolescents se réclamant de Boko Haram, dans un village de l'Extrême-Nord camerounais, apprend-t-on lundi, de sources concordantes. L'attaque a été perpétrée, dimanche soir, 28 février 2016, dans le village de Brouverey, près des frontières nigérianes, a confirmé le Général Bouba Dobekréo, commandant du premier secteur de la Force Mixte Multinationale (FMM) qui rassemble cinq pays de la région pour combattre le groupe terroriste.

Âgés entre 16 et 19 ans, ces adolescents étaient restés au Cameroun alors que leurs parents avaient rejoint, depuis plusieurs mois, les rangs du groupe armé au Nigéria, a informé Seini Boukar Lamine, chef traditionnel local, joint au téléphone. Aussitôt après l'attaque, les jeunes terroristes ont également fui vers le Nigéria, selon le Général Doberkréo.

"Ils étaient visiblement recrutés depuis quelques temps par Boko Haram, mais sans manifester le moindre comportement suspect. Autrement, on les aurait signalés aux autorités", a justifié Boukar Lamine.
Les attaques perpétrées par des éléments se revendiquant de Boko Haram sont quasi-quotidiennes dans l'Extrême-Nord camerounais ou le Nord-Est nigérian. La FMM qui a commencé à prendre ses marques a néanmoins réussi à neutraliser quelques centaines de terroristes au cours du mois de février.

 

Peter Kum

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau