Cameroun - Simon Achidi Achu: John Fru Ndi devrait accepter une éventuelle nomination au Sénat

Ancien Premier Ministre et candidat victorieux aux dernières sénatoriales au Nord-Ouest, il donne des conseils à son rival politique du Sdf.

achidi-achu.jpg

Quel commentaire vous inspire les résultats des premières sénatoriales organisées le 14 avril dernier au Cameroun. Notamment dans la région du Nord-Ouest?

Je suis très content. Et je crois que dans toute chose, il y a la main de Dieu. Je remercie Dieu, et il sait comment il a fait pour que la liste du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) que j'ai conduite soit élue. Monsieur Fru Ndi par rapport à moi, c'est un lion qui lutte avec une souris. C'est étonnant que la souris ait remporté la mise, à l'issue des sénatoriales.

Selon vous, quel pourrait-être le profil du futur Président du Sénat au Cameroun?

Vous posez là une question qui ne peut être répondue que par le Président de la République. Moi, humble Sénateur, je ne peux donner aucune réponse à votre question. La meilleure réponse viendra du Président de la République, Son excellence Paul Biya, qui nous évalue depuis de longues années. C'est lui qui est en mesure de dire que tel monsieur ou telle dame, est capable d'occuper telle fonction.

En 1988, vous battiez déjà John Fru Ndi pour prendre la présidence de la section Rdpc de la Mezam. C'est dire que c'est une victoire de plus...

Je ne sais pas. Je vous dis que c'est la main de Dieu. Je remercie Dieu pour cette autre victoire.

Quelle serait votre position, si le Président de la République vous consulte au sujet de la nomination du Chairman du Sdf au Sénat, afin de compléter la liste du Nord-Ouest comme le prévoit la loi?

Euh! (hésitations). Je ne sais pas. J'ai entendu dire que M. Fru Ndi déclare partout qu'il va refuser toute nomination au Sénat. Si j'avais un conseil à lui donner, c'est d'accepter une éventuelle nomination au Sénat. Il ne faut pas refuser la signature ou le choix du Président de la République. Il ne doit pas refuser une décision du Président de la République. Je prends un exemple: si vous arrivez dans un village et refusez de voir le Chef, vous n'êtes pas avec lui. Vous serez avec qui? Vous serez seul.

Il n'est pas exclu que le Chef de l'Etat jette son dévolu sur vous, comme Président du Sénat, compte tenu de votre fidélité et de votre riche expérience?

Je crois bien, je ne peux pas le décevoir. S’il me nomme à ce poste, je ne peux pas refuser. S'il nomme un autre, je vais l'accepter. Il n'y aura pas de problème. J'accepte tout acte pris par le Chef de l'Etat. Il est le seul à savoir qui vaut quoi au Cameroun.

@source: mutations

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau