CAMEROUN/SÉNATORIALES: POURQUOI ELECAM A REJETÉ LES LISTES DU RDPC ?

Au total, quatre listes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) pour les élections sénatoriales du 14 avril 2013 ont été disqualifiées par Elections Cameroon (Elecam), pour diverses raisons. L’Upc, le Mdr, le Fsnc, et l’Andp également écartés de la compétition.

elecam-batiment.jpg

L’information diffusée mercredi, 20 mars 2013 à la tombée de la nuit, a fait l’effet d’une bombe.Des listes de candidatures du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) pour les élections sénatoriales du 14 avril 2013 rejetées par Elecam, cela n’arrive pas tous les jours. La nouvelle a été rendue publique à l’issue d’une session de plein droit du Conseil électoral tenu à Yaoundé. Des 40 listes de candidats présentées par 8 partis politiques, 23 ont été rejetées, parce que ne remplissant pas les conditions requises par la loi. Le parti enregistre quatre listes mises hors jeu dans quatre régions. Dans la région de l’Adamaoua, les raisons avancées par une notification formelle faite par Elecam souligne la non production « d’attestation d’inscription sur la liste électorale par le candidat suppléant Ngoa Jacques », contrairement à ce que prévoit l’article 165 du code électoral. De même que la non production de « la déclaration sur l’honneur par le suppléant Bakary Etienne ».

La liste de la région de l’Est est aussi hors course. Car le candidat Louis Aimé Belekou, seulement âgé de 39 ans, puisqu’étant né le 24 mai 1974, a postulé en violation de l’article 220 de la loi portant code électoral. Le porte-malheur de la liste Rdpc de l’Extrême-Nord est Mourad Fayçal qu’Elecam présente, au regard de ses pièces d’identité, comme n’étant pas de nationalité camerounaise d’origine. Or l’article 220 du même code électoral est péremptoire sur cette nationalité d’origine. C’est dans la région de l’Ouest que l’on observe une certaine légèreté dans la constitution des dossiers de candidature pour le compte du parti de Paul Biya.

Les deux raisons avancées par Elecam pour déconsidérer la liste du Rdpc dans cette partie du pays sont évocatrices. elon l’organe en charge de la gestion du processus électoral et référendaire au Cameroun, le bulletin n°3 du candidat Akwalefo Bernadette Djeudo est non conforme parce que délivré par la Police en lieu et place de la Justice. Ce qui est une violation flagrante des articles 580 et 581 du code de procédure pénale. De même, Elecam estime que la déclaration de candidature en trois exemplaires du candidat suppléant Gonso Fotsin Joseph n’a pas été légalisée, comme le prescrit l’article 164 du code pénal.

L’opposition

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) n’est pas le seul parti dont les listes ont été rejetées en vue des sénatoriales 2013. Le Social democratic front (Sdf) n’a pas aussi été épargné. Sa liste comptant pour la région du Littoral a été disqualifiée, le suppléant Fezeu n’ayant pas pris le soin de légaliser sa déclaration de candidature. L’Union des populations du Cameroun (Upc) a payé le lourd tribut du travail effectué par Elecam. Aucune des neuf listes concurremment déposées par le parti du crabe n’a été retenue. Elecam estime que du fait de la multiplicité de ces factions, aucun bureau directeur de l’Upc n’a été jusque-là reconnu par le ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation. Or, c’est une condition prescrite par la loi N°90/56 du 19 décembre 1990 relative aux partis politiques. A l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), c’est l’argent qui manque le plus. Les listes de ce parti pour les régions du Centre et du Nord-Ouest ont été disqualifiées, tous les candidats n’ayant pas déposé leurs cautionnements. Dans la région de l’Extrême-Nord, la liste du parti de Bello Bouba a été recalée parce que la candidate suppléant Maimouna Epse Oumar n’est pas de nationalité camerounaise d’origine.

Le Mouvement démocratique pour la défense de la République (Mdr) a surtout peché pour le non-respect du genre. Sa liste de la région de l’Extrême-Nord a été rejetée pour absence de femme sur la liste des candidatures comme l’exige l’article 218 du code électoral. Le Front pour le salut national du Cameroun (Fsnc) d’Issa Tchiroma Bakary est mis hors course dans les régions du Nord et de l’Adamaoua, alors que l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (Andp) n’ira pas aux élections sénatoriales dans l’Extrême-Nord, le Sud et le Sud-ouest. Du moins si la requête n’aboutit pas à la Cour suprême, siégeant Comme conseil constitutionnel.

© Le Messager : Joseph Flavien KANKEU

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau