CAMEROUN/SENATORIALES:EKAMBI BRILLANT, ATEBA EYENÉ ET CIE ANNONCENT LEUR CANDIDATURE

ateba-eyene-009-013-rjcpatriote-thn-475.jpg

L’artiste musicien, l’écrivain et d’autres figures publiques expriment déjà leur vœu de faire partie du tout premier Senat de l’histoire des institutions camerounaises.« Je suis disque diamant.

Je jouis d’une aura internationale. Je vais rehausser cette nouvelle institution de ma présence », affirme Mota-Munya dans cet air de vantardise qui lui a donné une légende.

Ce 27 février 2013, à peine le décret convoquant le collège électoral pour l’élection des sénateurs avait il été lu sur les antennes de la Crtv, le compositeur de Mussoloki confie à son entourage vouloir faire partie des 100 personnalités qui composeront dès le mois de mai prochain, la chambre haute du parlement camerounais.

Pourtant, Ekambi Brillant n’est pas un féru de politique. N’empêche. Il revendique un statut de leader associatif, une posture mitoyenne à celle des politiciens. « Les actions de la société civile et des partis politiques visent une meilleure organisation sociale », tranche-t-il.

Et de poursuivre qu’il entend postuler dans son Littoral natal en s’appuyant sur le département du Moungo dont il est originaire. Sur ce, Ekambi Brillant présente son récent anoblissement par l’élite politique et culturel de son ère sociologique d’origine, en compagnie du Docteur Gotlieb Lobé Monekosso et Maka Kotto, ministre de la Communication du Québec comme faits d’arme. Seulement, Ekambi Brillant confie ne pas savoir pour quelle chapelle politique, il va candidater.

« Le temps presse. Je le sais. J’hésite pour le moment entre le Rdpc dont le président national m’a fait l’honneur de m’élever au titre d’officier des ordres de la valeur en sa qualité de président de la République bien sûr et le Manidem dont la base électorale est proche de chez moi. Je suis capable de crédibiliser le Senat et de rafler des suffrages. Je verrai donc avec qui je compose d’ici quelques heures », lance-t-il. Le disque diamant ne s’arrête pas là. Il assure qu’une fois élu sénateur, il fera « tout pour faire partie du bureau » de cette chambre.

Si Ekambi Brillant ergote encore sur le choix de sa chapelle politique, Charles Ateba Eyené affirme vouloir postuler en tant que militant du Rdpc dont il est membre suppléant du Comité central. Mieux, l’auteur de Paradoxes du pays organisateur n’a pas attendu la convocation du collège électoral des sénatoriales comme l’auteur-compositeur pour annoncer sa candidature. Il confiait au Messager en décembre dernier vouloir candidater dans la région du Sud dont il est originaire.

« Je me battrai pour être sénateur. J’affine ma campagne et je n’attends plus que le signal du président de la République qui va fixer la date du scrutin », racontait-il. Après la convocation du collège électoral Ateba Eyené redit sa détermination à figurer sur la ligne de départ le 14 avril prochain. Mais comme Ekambi Brillant, il devra se soumettre au tamis de l’investiture de son parti politique et celui du Conseil électoral d’Elecam. Comme eux, bien de cadres du Rdpc qui souhaitent garder, pour l’instant, l’anonymat entendent siéger au Senat dès mai prochain, en participant à la compétition du 14 avril 2013. Mais y aura-t-il vraiment concurrence ? Puisque les états-majors du Sdf, et de l’Udc, les partis d’opposition les plus représentatifs envisagent ne pas prendre part au scrutin.

© Le Messager : Rodrigue N. TONGUE

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/03/2013