Cameroun : Révélations sur la défaite de John Fru Ndi

john-fru-ndi3.jpg

17 conseillers municipaux issus du Sdf ont donné leur voix au Rdpc, sur fond de corruption.

La meilleure figure de style semble être celle trouvée le 14 avril dernier par un candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) au Nord-Ouest, devenu vénérable depuis quelques heures. Parlant de la défaite du Social Democratic Front (Sdf) dans ce qui était considéré comme son bastion imprenable, ce dernier a indiqué qu’un bon berger [Sdf] doit veiller sur son troupeau de moutons, au risque de les faire dévorer par un loup [Rdpc]. Il n’y en a pas mieux pour traduire le phénomène d’achat des consciences qui s’est emparé du Nord-Ouest le jour du vote. Notamment avec les élites Rdpc de la zone, qui, pour être maintenues à leur poste, ont dû agiter des espèces sonnantes et trébuchantes, dans le sens de faire fléchir quelques grands électeurs du Sdf.

De l’argent frais a donc été mis à contribution pour corrompre des conseillers municipaux du Sdf ayant un faible esprit. En clair, des gens qui militent sans doute sans y croire véritablement. On en dénombre environ dix-sept dans cette catégorie. Le département du Boyo tient la palme d’or, avec dix conseillers municipaux du Sdf qui ont fait défection, en votant le parti adverse, le Rdpc. Puis, viennent dans l’ordre les départements du Donga-Mantung (4), Momo (2) et Ngoktunjia (1). D’après des recoupements au Sdf, personne ne pense avoir les vraies raisons de la traitrise, si ce n’est l’appât du gain.

«Je crois pour ma part que c’est des gens de peu de conviction. Si non, comment expliquer qu’ils violent les consignes du parti en allant prendre l’argent à l’adversaire. Ce n’est même pas normal pour des militants formés à lutter contre la corruption », s’indigne un conseiller municipal à la commune de Bamenda 1er, militant du Sdf, joint au téléphone. Son homologue de Kumbo estime que ce genre de militant, s’il est identifié, mérite une sanction exemplaire. Dans le cadre d’un vote secret, il serait difficile de les démasquer. A moins que le Sdf n’organise une série autour du caddie pour identifier les fautifs, un peu comme on en voit dans des chefferies traditionnelles. Une autre frange voit en la défaite du Sdf, le rejet, par certains militants, de la constitution des listes, qui n’aurait pas pris en compte des militants visibles sur le terrain, ou qui ont l’habitude de fréquenter le village.

A la question d’avoir quelques exemples, ces derniers préfèrent le mutisme. Traduction : il faut souvent être avec ses con-villageois, les assister quand ils ont un malheur ou célèbrent un succès. Ce serait le péché mignon commis par quelques candidats désignés au Sdf. Au départ, le Nord-Ouest a présenté un collège électoral fort de 1000 conseillers municipaux : Rdpc (502), Sdf (497) et Afp (1). En fin de compte, le parti au pouvoir s’en tire avec 516 voix contre 476 pour le Sdf. S’il y a une commune dont les conseillers sont restés fidèles au Sdf, c’est celle de Santa, village natal de John Fru Ndi et de la tête de liste gagnante au Rdpc, Simon Achidi Achu. A Santa, les trente conseillers municipaux du Sdf ont entièrement voté le parti de M. Fru Ndi. Tout comme les dix conseillers du Rdpc se sont exprimés pour le parti au pouvoir.

Reste qu’il faut signaler que le Rdpc a connu deux défections dans ses rangs. Dans les départements de la Mezam et du Ngoketunjia, un conseiller du Rdpc y a respectivement donné sa voix au Sdf.

© Mutations : MICHEL FERDINAND

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau