CAMEROUN:REMERCIEMENTS DU MOUVEMENT DE FÉVRIER 2008 POUR LA MINUTE DE SILENCE ACCORDÉE CE JOUR AU BÉBÉ DE VANESSA TCHATCHOU

yves-1.jpgEn soutien de la femme Camerounaise, en soutien à toutes les mères qui ont perdu leur bébé, à toutes les victimes du vol de leur bébé, le Mouvement de Février 2008 au Cameroun remercie tous ceux qui ce jour(mardi 20 août 2013), deuxième anniversaire du vol du bébé de Vanessa Tchatchou, ont observé une minute de silence et d'arrêt à 12h, heure du Cameroun, 13h heure de Bruxelles en la mémoire de ce bébé volé et des autres bébés volés au Cameroun depuis quelques temps.Nous remercions grandement les élèves du camps de vacance des Fougères de Bruxelles pour leur mobilisation.

Le 20 août 2011. Vanessa Tchatchou, jeune fille de 17 ans, élève en classe de seconde dans un lycée de Yaoundé donne naissance à un prématuré de 7 mois à l’hôpital gynéco-obstétrique du quartier Ngousso. Le bébé sera par la suite placé dans une couveuse. Quelques heures plus tard, le bébé de la petite Vanessa est introuvable. Au fil des mois, l’affaire prend de l’ampleur. Les médias nationaux et même internationaux en font des gorges chaudes. Des diplomates occidentaux accrédités à Yaoundé avouent leur préoccupation sur le sujet.

 Des informations concordantes font état de ce que le bébé de Vanessa se trouve entre les mains d’une magistrate , Madame Caroline MEJANG NDIKUM ATEH, en service au tribunal de grande instance de Mfou, à une trentaine de Km de Yaoundé. Ce que conteste cette dernière qui dit être la mère adoptive d’un enfant qui n’est pas celui de Vanessa.

 Issa Tchiroma en début d'année 2013, ministre de la Communication avait annoncé l’arrestation de deux suspects au cours d’un point de presse . L’on apprendra du porte-parole du gouvernement que les éléments de la direction de la police judiciaire ont mis la main sur deux personnes (un homme et une femme) suspectées d’avoir volé le bébé de Vanessa Tchatchou. Le nouveau-né, à en croire le Mincom, a été dissimulé par les dits suspects à Titi garage, un quartier de Yaoundé, avant qu’il ne trouve la mort. Le corps, laisse entendre Issa Tchiroma, a été inhumé dans la ville de Nkoteng, département de la Haute-Sanaga.

 Jocelyne Alabi Ngbwa, «poursuivie pour enlèvement de mineur ayant entraîné la mort de ce dernier et évasion» a écopé de 25 ans de prison ferme jeudi 18 octobre 2012, au tribunal de Grande instance du Mfoundi.

 De leur côté, Vanessa Tchatchou et son conseil Me Méli Hyppolite, constitués partie civile dans cette affaire, s’étaient désistés depuis le 04 septembre 2012 sous prétexte que la piste explorée par le tribunal ne permettait pas de parvenir à l’identification des vrais coupables de vol du bébé de Vanessa Tchatchou.

Pour Me Meli, les faits ont été dénaturés. Jocelyne Alabi Ngbwa, Ndjandja Pamen, Abialina et Martin Zoua sont accusés d'enlèvement aggravé de mineur ayant entraîné la mort de ce dernier. Selon l'ordonnance de renvoie, les faits ont été commis le 9 septembre 2011. Pourtant le conseil affirme que le bébé de Vanessa a été volé le 20 Août 2011.

 Pour certaines personnalités proches de la famille Vanessa Tchatchou au Cameroun, ce ne sont pas les vrais coupables qui sont condamnés.

La hiérarchie de l'Etat étant au courant du réseau n'a pas souhaité sanctionner le maillon de la chaîne du vol et du trafic des nouveau-nés au Cameroun

Deux ans, jour pour jour,Vanessa Tchatchou attend toujours son bébé car, l'on sait que cet enfant se trouve chez la magistrate soupçonnée de trafic d'enfant.

Ce 20 août 2013 à midi , heure du Cameroun, vous avez été nombreux à garder une minute de silence en la mémoire de l'enfant de Vanessa Tchatchou volé et de tous les enfants volés au Cameroun sous le regard complice du pouvoir de Yaoundé .Nous vous disons merci car, vous êtes de ceux ou de celles qui connaissent la douleur d'une mère victime.

Pour nous, ce 20 août 2013 est une date de deuil national

Merci à toutes celles et à tous ceux qui ont observé cette minute de silence.

camer.be © Correspondance : Simplice KAMEGNI T.Mouvement de Février 2008 au Cameroun

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau