Cameroun - Remaniement: Paul Biya prolonge le suspens

Le Président de la République est à Mvomeka'a depuis samedi, la formation d'un nouveau gouvernement pourra attendre.

paul-biya-cameroun.jpg

C'est reparti pour une nouvelle semaine de supputations sur le remaniement ministériel que l'on annonce comme une arlésienne depuis quelques mois. Le Président de la République Paul Biya, a quitté Yaoundé samedi à destination de Mvomeka'a, son village natal. Ceux qui épient ses faits et gestes croient savoir qu'il ne sera pas revenu à Yaoundé avant au moins une semaine. Ce qui, selon eux, renvoie l'échéance au moins encore pour une semaine.

L'angoisse des ministres qui ne savent pas quel est leur avenir au sein du gouvernement va relativement baisser. Une angoisse que l'on a pu percevoir sur leurs regards le 9 janvier dernier, lors de la cérémonie de présentation des vœux au Président de la République. Interrogé jeudi soir sur Stv au sujet de la folie qui s'est emparée de la République au sujet de ce fameux remaniement ministériel mille fois annoncés, le président national du Mrc, Maurice Kamto a marqué son étonnement. Surpris de voir ainsi le gouvernement tourner au ralenti du fait de cette longue attente que rien ne justifie de son avis. «En démocratie, explique le professeur Kamto, après des élections parlementaires, il faut faire un gouvernement, quitte à reconduire les mêmes personnes...

On ne travaille plus. Tout le monde attend et ce n'est pas bien pour le pays». Le Président de la République avaient habitué les Camerounais à des remaniements ministériels dans les deux mois suivant le scrutin. Cette fois, on est au-delà de ce temps. Avec son discours de fin d'année très critique vis-à-vis de son gouvernement, beaucoup voyaient un remaniement dès les lendemains de cette adresse au vitriol, question au moins d'écarter les incompétents qu'il dénonçait. Déjà 12 jours et toujours rien. Pour ne point arranger les choses, certaines sources croient savoir que le Président Biya, après Mvomeka'a ira en Suisse pour un séjour à durée indéterminée. Pour le «remaniement», il faudra repasser.

© Jean-Bruno Tagne | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau