Cameroun: Paul Biya peut-il assumer un éventuel décès en prison de Marafa Hamidou Yaya ?

L’état de santé de l’ancien ministre camerounais de l’Administration territorial condamné à 25 ans de prison pour « complicité intellectuelle de détournement de fonds » et considéré par la communauté internationale comme un prisonnier politique suscite de grandes inquiétudes, obligeant pour la première fois les autorités de Yaoundé à envisager son évacuation sanitaire vers l’occident.

Biya paul 335 hp 475x313

Selon le quotidien Le Messager paraissant à Douala, en réponse à une demande formulée par un proche de l’ancien proche collaborateur du Président Paul Biya, le ministre camerounais de la Justice et Garde des sceaux, Laurent Marie Esso, aurait laissé entendre qu’il ne trouverait « aucun inconvénient » à sa sortie du territoire pour raison de santé, si ses médecins locaux ne « trouvent toujours rien ». Victime Il y a une semaine d’un malaise dans sa cellule de la prison de haute sécurité du secrétariat d’État à la Défense de Yaoundé, où il détenu depuis plus de deux (02) ans, M. Marafa a été transféré d’urgence au centre hospitalier universitaire de Yaoundé où il est toujours interné. C’est la deuxième fois en moins d’un mois qu’il est admis dans cet hôpital Fin juin, il y avait déjà été interné pour une semaine.

La presse locale avait alors rapporté une fatigue générale à laquelle s’ajoutaient des troubles stomatiques et visuels, ainsi qu’un paludisme cérébral. Cependant, face au peu de communication sur sa situation réelle, certains avaient cru déceler dans ses conditions d’hospitalisation, notamment son admission dans l’unité de dialyse de cet établissement, des indices d’affections beaucoup plus graves. « Je suis inquiète pour deux raisons : la première raison c’est que s’il lui arrivait d’avoir la fièvre au point d’être hospitalisé, cela veut dire que c’est très grave.

Or il y a quelques années, Monsieur Marafa (…) a dû être évacué parce qu’il faisait un palu cérébral. La deuxième raison c’est qu’on me dit qu’il aurait des problèmes de reins. Ce qui m’inquiète encore davantage », déclarait le 4 juillet sur Radio France Internationale (RFI), Jeannette son épouse, exilée à Paris. « J’ai connaissance du diagnostic d’un cardiologue réputé qui fait état de ce que M. Marafa a un problème cardiaque et devrait subir des examens et un traitement qui ne sont pas disponibles au Cameroun et certainement pas dans sa prison », laissait déjà entendre fin mars, le professeur de droit Diva Kofélé Kalé, l’un des avocats du prisonnier. Or, on sait que les hôpitaux camerounais n’ont ni l’expertise ni les équipements adéquats pour traiter efficacement des problèmes rénaux.

De nombreux patients, à l’instar de l’écrivain Charles Ateba Eyéné qui n’avait pas pu réunir à temps l’argent nécessaire à son évacuation, sont morts faute de dialyse. Paul Biya ne peut pas ignorer la santé fragile de M. Marafa qui l’a côtoyé pendant près de deux décennies et dont les dures conditions de détention - dans une cellule aveugle et humide d’environ 3m² - contribuent aujourd’hui à accroître la détresse physique. Épuisé par le manque de sommeil – plus de dix jours sans dormir pour rattraper in–extremis le fiasco des élections couplées, municipales et législatives de 2002 orchestré par son prédécesseur au ministère camerounais de l’intérieur-, il , il avait développé un paludisme cérébral et n’avait dû la vie sauve qu’à une évacuation sanitaire en France. « J’appelle toutes les bonnes volontés à m’aider parce que c’est un homme qu’on est en train de tuer. Il ne faut pas attendre qu’il soit mort pour que tout le monde puisse dire quelque chose. J’en appelle à monsieur Hollande. J’en appelle à monsieur Obama. J’en appelle à monsieur Paul Biya de m’aider à sortir Marafa de là. Il en a les possibilités. Il sait que cette affaire est politique. Marafa est innocent. Il le sait. Qu’il le sorte de là ! Qu’il le sorte de là ! », a plaidé en sanglot, son épouse, sur RFI.

Depuis le déclenchement de l’opération d’assainissement des mœurs publiques au Cameroun, plusieurs personnalités sont décédées en détention. Le 8 mai, Henri Engoulou, 60 ans, ex-ministre délégué aux Finances en charge du Budget, poursuivi dans la même affaire que la franco-camerounaise Me Lydienne Yen Eyoum s’est éteint dans le dénuement le plus total dans un hôpital de la capitale camerounaise, après quatre ans d’emprisonnement sans jugement, et n’avait plus de quoi payer ses frais d’avocats. Un peu moins de deux mois avant lui, c’était l’ancienne secrétaire d’État aux Enseignements secondaires, Catherine Abena qui rendait l’âme dans un hôpital de Yaoundé, la veille de ses soixante ans. Accusée de détournement de deniers publics, elle avait entamé une longue grève de la faim lors de sa détention préventive de plus d’un an. Innocentée et libérée en 2011, elle n’avait jamais pu correctement se rétablir.

La décision d’ordonner ou non l’évacuation de M. Marafa dépend entièrement de Paul Biya, qui doit se rendre au sommet États-Unis Afrique qui s’ouvre ce mardi à Washington. Peut-être saura-t-il enfin faire preuve d’humanisme envers un des ses plus fidèles et brillants collaborateurs avant une poignée de main et une photo avec le Nobel de la paix Barrack Hussein Obama.

René DASSIE, Président du CL2P/ www.237online.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau