Cameroun : Paul Biya, le grand Nord et la discipline

paul-biya-1.jpg

Nouvelles révélations sur les préférences du président de la République.

Une fois de plus, des extraits des conversations entre le président de la République du Cameroun et les diplomates américains en poste à Yaoundé ont été rendus publics par le site Wikileaks. Selon les informations mises en ligne, reprises par l’hebdomadaire Jeune Afrique dans son n°2727, Janet Garvey, ambassadrice des Etats-Unis à Yaoundé entre 2007 et 2010, a expédié à Washington un compte rendu sur la personnalité de ce chef d’Etat secret. «Il accorde beaucoup d’importance à la discipline», écrit la diplomate. Elle poursuit : «Biya souligne que les Camerounais originaires du grand Nord du pays y sont les plus enclins que les autres. Discipline, mais aussi loyauté sans faille de la part de ses collaborateurs.

Dans le même temps, le chef d’Etat déplore l’absence de cette vertu au sein des Lions indomptables». Le site fait également référence à d’autres révélations faites auprès du précédent ambassadeur Niels Marquardt. Dans les câbles du 9 avril 2007, Biya s’inquiète du comportement de ses ministres. «Je ne demande que deux qualités aux ministres : compétence et intégrité», rapporte le diplomate. Paul Biya s’est également entretenu de son éventuelle retraite avec Garvey, il y a trois ans. Le président disait vouloir profiter de son temps libre pour visiter de nouveau les Etats-Unis et, passionné d’automobile, l’usine de Détroit (Michigan), symbole de l’industrie américaine. Amateur de golf et grand admirateur de Tiger Woods, Paul Biya souhaiterait aussi pratiquer son sport favori à sa guise, selon les confidences faites à l’ambassadrice.

Ces nouvelles révélations viennent s’ajouter à celles qui avaient déjà étaient rendues publiques en 2010. Notamment à propos de l’ex ministre de la Défense, Rémy Zé Meka. «Il a tellement volé lorsqu’il était secrétaire général des services du Pm et on aurait pu croire que ça lui suffit», aurait déclaré le chef de l’Etat aux Américains, au sujet de son ministre. A cet égard, «Biya s’est demandé à voix haute qui il pourrait désigner pour remplacer Ze Meka, se plaignant qu’il y avait une pénurie de candidats compétents et digne de confiance.

Biya a exprimé un niveau élevé de confiance dans l’actuel vice- Premier ministre, ministre en charge des Relation avec les Assemblées Amadou Ali, ancien ministre de la ministre de la Justice et de la Défense à la fin des années 1990, et à qui il songeait pour occuper le ministère de la Défense à nouveau». Paul Biya aurait également indiqué aux Américains qu’il était conscient des problèmes au sein de l’armée, y compris des frustrations de plus en plus grandes causées par les responsabilités et les ressources grandissantes confiées au Bataillon d’Intervention rapide (Bir) qui fonctionne sous ses ordres directs et est indépendant de l’armée régulière.

© Source : Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau