Cameroun - Opération Epervier: Laurent Esso maintient Haman Adama en prison

Après avoir remboursé le corps du délit, l’ex-Minédub attend toujours la décision du Garde des sceaux

haman-adama070110230-1.jpg

Affaire Haman Adama: Toujours en attente de la décision du parquet Ce n’est pas aujourd’hui que l’ancien ministre de l’Education de base et ses 17 coaccusés seront libérés. Pour cause, le parquet n’a pas encore statué sur la demande d’arrêt des poursuites, même après le remboursement des sommes prétendument détournées. Rien de nouveau ce mercredi 21 août 2013 au Tribunal criminel spécial dans le cadre de l’affaire opposant l’Etat du Cameroun et le ministère public à Haman Adama et Cie. C’est aux environs de 10h, que l’audience a été reprise. 15 minutes à peine ont suffi au tribunal pour ajourner l’audience.

Après les formalités de vérifications de présences, c’est sans détour que le président du Tcs, Yap Abdou, a annoncé le renvoi de l’audience. Celle-ci sera reprise le 19 septembre 2013 à la même heure, pour les mêmes motifs que celles évoquées à l’audience précédente : « mise en état du dossier et demande d’arrêt des poursuites ». Cette annonce n’a pas connu l’approbation de tout le monde, et particulièrement de l’assistance qui protestait sous cape.

Personne ne semble comprendre ce nouveau renvoi. Or, tout se situe dans la compréhension de la dernière audience : au cours de celle-ci tenue le 07 août dernier, Me Mbarga sollicitait la relaxation de six accusés ayant bénéficié d’un non-lieu et dont les noms se retrouvent toujours sur la liste des 18 accusés. Le président avait accédé à cette demande et sollicité des avocats des concernés de se rapprocher de la collégialité afin de remplir les formalités nécessaires.

Par contre, en ce qui concerne la demande d’arrêt des poursuites, la décision du ministre de la Justice, Garde des Sceaux est toujours en attente. Jusqu’ici, il ne l’a toujours pas rendu. Telle a été la raison de cet autre renvoi. L’audience a ainsi été suspendue pour être reprise le 19 septembre 2013, pour que le parquet se prononce sur la demande d’arrêt des poursuites à l’encontre des accusés.

© Florette MANEDONG & Vanessa TSANGA | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau